Je me souviens: « quartiers blancs »

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Voix de l'Est

Je comprends très bien, M. Adoukounou, que l'appellation quartier blanc puisse faire remonter à la surface le souvenir d'un passé historique extrêmement douloureux pour la communauté noire.

Si cette problématique n'a pas été ressentie avec autant de sensibilité par la majorité des citoyens vivant à Granby, elle demeure néanmoins suffisamment connue à l'échelle internationale pour tout mettre en oeuvre afin d'éviter qu'un symbole, une image ou encore un écrit puisse évoquer bien maladroitement, il va sans dire, cette situation inacceptable au sein de la fraternité humaine universelle que nous formons. Grâce à votre observation, vous contribuez à ne jamais perdre de vue notre devise québécoise: JE ME SOUVIENS, tant pour les personnes nées ici au Québec que pour celles que nous accueillons avec joie au sein de notre société. Vous avez sûrement compris que cette appellation ne visait d'aucune façon à exprimer un certain racisme, mais plutôt à informer la population du type de protection qui lui est assurée dans les rues de la ville pendant la période hivernale. J'aime particulièrement la suggestion d'un des lecteurs de La Voix de l'Est qui a proposé l'expression: quartier écologique. Pardonnez, M. Adoukounou, notre maladresse bien involontaire que vous avez signalée auprès de nos élus et j'ose espérer que malgré les coûts que cela puisse exiger, nos représentants municipaux sauront corriger la situation afin de toujours mieux respecter les personnes qui composent notre société et ainsi manifester notre désir de vivre avec joie en harmonie entre nous tous.

 

Claude Lamoureux, prêtre

Granby

 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer