Se fier aux bonnes sources

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Le 7 juillet 2015, j'ai pris connaissance de l'opinion de Monsieur Gaétan Frigon, dans le journal La Voix de l'Est, dans la rubrique «La voix des lecteurs» et qui avait pour titre La tragédie grecque.

Le contenu du texte de Monsieur Frigon était, disons-le, assez déconcertant et dépassait l'entendement à certains points.

Or, le 9 juillet dernier, notre quotidien nous disait ceci: «PRÉCISION: La Voix de l'Est publiait dans la section Opinions de son édition du mardi 7 juillet un texte signé de la main de Gaétan Frigon. Il appert que certains des faits présentés par M. Frigon aient été tirés de sources non identifiables et dont la fiabilité est inconnue. Dans ces circonstances, nous n'aurions pas dû publier ce texte. Nos excuses».

Monsieur Gaétan Frigon, un homme crédible à mes yeux, a bien involontairement induit en erreur les lecteurs de La Voix de l'Est. Son intention était certainement louable, soit d'informer les lecteurs, mais il a pris un gros risque, en ne vérifiant pas avec toute la rigueur nécessaire, toutes les informations, qui se sont passées sur un terrain qui lui est inconnu: La Grèce.

La situation de Monsieur Gaétan Frigon m'inspire un certain parallèle avec le plus grand scandale minier de l'histoire, du jamais vu! : l'or fictif de Bre-X. Le rapprochement se situe essentiellement au niveau de l'expérience sur le terrain.

En effet, au printemps 1997, le scandale éclate à Busang, en Indonésie: une fausse mine d'or est à l'origine du scandale. Qui est responsable de cet immense fiasco financier? Avec un aplomb incroyable, Pierre Brunet, président de Lévesque Beaubien Geoffrion, répond que ce sont les investisseurs eux-mêmes qui doivent être tenus pour responsables de leurs pertes; ils n'avaient qu'à ne pas s'emballer pour un titre ou pour un autre, semble dire l'homme d'affaires.

Des milliers d'investisseurs et bon nombre de caisses de retraite ont perdu beaucoup d'argent. La Caisse de dépôt et placement du Québec a perdu 70 millions de dollars. La direction de la Caisse, dans un communiqué, avait déclaré: «... Les gestionnaires de la Caisse ont pris la décision d'investir dans Brex-X à partir des recommandations des dix plus grandes maisons de courtage». (Pas coupable pour l'or fictif de Bre-X, Le Devoir, 1er août 2007). Le 14 juillet 2009, Michel Girard de La Presse ajoute: «De réputés analystes de grandes maisons de courtage avaient recommandé l'achat de l'action de la société aurifère Bre-X».

La principale cause du fiasco de Bre-X, c'est que personne, non, personne, aucun expert crédible, aucun géologue indépendant n'ont été sur le terrain - sauf les magouilleurs - pour s'assurer hors de tout doute raisonnable de la présence d'or, enfoui au coeur de la jungle indonésienne!

Souvent nous, les Québécois, sommes sollicités pour appuyer des causes humanitaires, politiques ou autres par une pétition, une manifestation publique, etc. sans être totalement certains que la cause est noble et véridique! Nous n'avons pas l'expérience du terrain. Donc normalement, je m'abstiens de participer à ces campagnes et je préfère faire du bénévolat sur le terrain, surtout pour nos aînés qui ont contribué à nous donner une qualité de vie, dont nous profitons aujourd'hui.

Voici deux situations qui sont complètement aux antipodes de l'imprudence de M. Frigon et du scandale de Bre-X. En effet, dans les deux cas ci-haut mentionnés, personne n'a été sur le terrain ou, du moins, eu recours à une source ou des sources très fiables.

 Voici les deux exemples «de l'expérience du terrain» qui ont permis d'éclaircir des situations:

 1- Suite au décès du docteur Arthur Porter, deux enquêteurs de l'UPAC ont pu accéder à la morgue judiciaire de Panama ou se trouvait la dépouille de Porter. Le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière a déclaré que «l'identification visuelle du corps d'Arthur Porter s'est avérée suffisante pour nous assurer formellement de son décès». Mais des empreintes digitales du défunt et des échantillons d'ADN ont tout de même été recueillis et des tests scientifiques seront effectués pour éliminer tout doute éventuel.

2-Les Placements mondiaux et stratégie d'investissement -Jarislowsky Fraser, avant de recommander aux investisseurs d'investir dans des placements, est une équipe disciplinée qui repose sur une analyse ascendante fondamentale. Chaque année, les analystes rencontrent des centaines de dirigeants de sociétés à travers le monde. Derrière cette recherche se cache une équipe de gestionnaires de portefeuille avec des connaissances et des expériences diverses. Donc, avant de faire une recommandation, une équipe va sur le terrain, donc ils sont en mesure de faire des recommandations appropriées aux gestionnaires chevronnés.

En conclusion, afin d'éviter de se tromper et de parler à travers son chapeau, il est préférable d'aller sur le terrain ou, du moins, d'avoir des sources très crédibles, surtout dans les pays où les informations vont dans toutes les directions.

Serge Dion

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer