Culture du viol?!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Suite à L'événement J-F Mercier et sa blague sur Facebook, le CALACS a voulu réagir en vous expliquant de quoi on parle quand il est question de la culture du viol.

Alors pour vous, mesdames, voici les 7 commandements pour ne pas se faire violer!

 

• Ne jamais se promener seule le soir sur la rue, ou faire votre jogging dans un parc, payez-vous un taxi, allez vous entraîner dans un gym de femmes ou bien restez chez vous aussitôt le soir venu, achetez-vous un tapis roulant pour votre entraînement et surtout assurez-vous d'avoir verrouillé votre porte, mis le coûteux système d'alarme à «ON» et pourquoi pas, vous «greiller» de 3-4 pitbulls.

 

• Ne jamais faire un sourire ou dire bonjour à un homme que l'on croise dans un lieu public ou pas. S'il vous regarde, soyez prête à réagir, votre poivre de Cayenne doit toujours être à portée de main, et dans votre autre main, votre trousseau de clés avec la clé la plus longue entre votre majeur et votre annulaire pour en faire une arme protectrice.

 

• Si vous sortez entre copines, ne jamais quitter des yeux votre seul verre que vous prendrez dans la soirée et de préférence aller directement vous faire votre «drink» vous-même derrière le bar, car le barman pourrait lui aussi mettre la drogue du viol dans votre verre. Lors de ces sorties entre filles, ne jamais danser de façon trop provocante en vous branlant un peu trop les hanches ou en grimpant sur un speaker sur une «toune» de Madonna, ça pourrait avoir l'air d'une fille qui a juste le goût de se faire violer.

• Au travail, ne jamais aller seule dans le bureau du patron pour lui demander un congé ou une augmentation de salaire, assurez-vous d'être accompagnée par le «boss» du syndicat de la place ou un journaliste à caméra cachée, tout d'un coup que votre «boss» pense que vous avez envie de vous faire violer.

 

• Ne jamais souhaiter bonne fête ou joyeux Noël à un mononcle en lui faisant une accolade ou en lui faisant la bise sur les joues cela pourrait être interprété comme si vous vouliez être violée.

 

• Ne Jamais s'habiller autrement que «comme du monde», en n'omettant pas de porter les sous-vêtements anti-viol dernier cri, la montre anti-viol avec GPS inclus, le «cutex» détecteur de drogue du viol dans votre verre et assurez-vous de toujours porter vos bas nylon avec du faux poil... pour être sûre de ne pas être trop attirante. Attirante= vouloir se faire violer.

 

Bon. Vous trouvez ça absurde? C'était le but! Parce que le seul responsable d'un viol, c'est l'agresseur, point. Sachez que la culture du viol, c'est penser-parler-agir à propos du viol comme si c'était une chose banale, anodine, habituelle, convenue et que ça fait partie de la vie, c'est comme ça.

La culture du viol c'est aussi mettre la faute du viol sur la victime qui aurait dû prendre mille et une précautions pour ne pas se faire violer. Pourquoi on ne dit pas à la place aux agresseurs de ne pas violer tout simplement?

 

 

Sophie Labrie

pour le CALACS de Granby

 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer