Visite manquée

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Quelle ne fut pas ma surprise en voyant l'article de ce matin, «Samedi matin du maire Bonin: L'environnement à l'avant-plan» et de lire,M. Bonin, que vous avez de l'intérêt pour l'environnement. Avoir su que c'était le sujet du jour, je vous aurais rendu visite.

Plusieurs citoyens vivant à proximité du Camping Granby se plaignent des conséquences des feux de tous ces plaisanciers. Et nous sommes toujours sans nouvelles de votre part. Ou plutôt, l'un des plaignants a subi vos moqueries lorsque celui-ci s'est présenté au conseil municipal.

Nous avons maintenant une pratique avec les policiers de Granby. Nous prenons rendez-vous avec ceux-ci pour émettre nos plaintes, parce qu'il devient navrant pour nous de recevoir les policiers à minuit pour se plaindre. Vos policiers ont d'autres problématiques à régler que nos plaintes de feu de boucane.

Je vous rappelle, encore une fois, que nous avons un règlement municipal. Il s'agit de la réglementation municipale 0047-2007, relative aux feux extérieurs qui a été émise pour des raisons de sécurité et de bon voisinage. Ce n'est pas un caprice de notre part. Dans notre municipalité, il est interdit en tout temps de faire un feu à ciel ouvert sur le territoire de la ville à moins d'avoir un permis du Service des incendies. Ce permis est émis sous certaines conditions et est disponible au coût de 10$. Il est valide pour une période de 14 jours.

 Dites-moi donc si les bénéficiaires du camping Granby renouvellent au coût de 10$ leur droit de faire des feux à ciel ouvert? Il y a plus de 500 terrains au camping Granby. Combien font des feux à ciel ouvert durant la fin de semaine? Suffisamment pour qu'un nuage de matières polluantes flotte au-dessus du chemin Robitaille à partir de 20h toutes les fins de semaine.

Comprenez-vous votre responsabilité civile M. Bonin? On nous a dit que vous deviez rencontrer le propriétaire du camping en privé. Qu'en est-il de cette rencontre amicale? Nous, les citoyens, n'avons vu aucune différence depuis cette rencontre, parce que nous fermons nos portes et fenêtres à partir de 20h, et rentrons à l'intérieur pour ne pas subir cette pollution.

Je vous rappelle, à moins que vous ne sachiez pas par ignorance, que la pollution générée par la fumée de combustion du bois est un problème de santé publique au Québec. «La fumée de bois émet des centaines de substances irritantes, toxiques, cancérigènes et mutagènes qui affectent tous ceux et celles qui sont aux prises avec des maladies respiratoires.»

 «À certaines occasions, le brûlage en plein air peut être nécessaire, par exemple, les contre-feux pratiqués par des professionnels pour prévenir les feux de forêt. Malheureusement, la fumée produite du brûlage est une source importante de pollution de l'air et peut affecter directement notre qualité de vie. La fumée est un mélange complexe de gaz et de particules microscopiques irritantes pour les yeux et les voies respiratoires et peut également causer, voir aggraver, les maladies respiratoires existantes et les maladies cardiaques. Dans certains cas, quoiqu'ils soient rares, respirer de la fumée peut causer le décès.»

C'est ce qui est écrit, mot pour mot sur le site de la société canadienne du cancer. (...) J'ajouterais à cet article, qu'à Granby, on laisse plus de cinq cents visiteurs s'amuser au dépend de la santé des citoyens de la ville.

Alors, est-ce que notre maire est soucieux de l'environnement? Je dirais que notre maire adapte son discours et ne passe pas à l'acte pour préserver notre santé.

Marie-Claude Gauthier

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer