Enfin, l'État-providence agonise!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

La droite anti-solidarité qui ment comme elle respire va enfin gagner son pari. En s'appuyant sur des préjugés gros comme un gratte-ciel, elle réussit à faire disparaître dans un coup de balai les structures et les principes d'une vie sociale démocratique qui s'est construite depuis 55 ans.

Probablement que Margaret Thatcher et Ronald Reagan doivent chanter, danser et pleurer de joie: leur grand projet de tuer la solidarité et de faire triompher la loi de la jungle marche vers la victoire finale. Les Bush, Palin, Harper, Bouchard, Dumont, Legault, Charest, Couillard participent aveuglément à cette destruction massive des bases d'une société plus humaine, plus inclusive, plus compatissante, plus solidaire. Apparemment, nous n'avons pas les moyens de nous occuper de nos enfants, de nos personnes âgées, de nos étudiants, de nos personnes malades, de nos personnes démunies.

Généralement, on comprend que l'avenir se construit au présent et son corolaire est identique: on détruit l'avenir en détruisant au présent. Faire croire qu'en détruisant hypocritement le système d'éducation et le réseau des organismes communautaires, nous allons assurer une stabilité économique et politique qui permettra de créer des conditions favorables à une nouvelle prospérité, c'est évidemment tenir un discours machiavélique d'une ampleur incalculable. Les gouvernements de droite n'assurent pas la stabilité, ils installent la stagnation et nous le savons, si tu n'avances pas, tu recules.

Harper et Couillard nous l'annoncent: quand les finances publiques seront équilibrées et que les bourses de l'État commenceront à se remplir, ils en profiteront pour...baisser les impôts et les taxes. Les gouvernements canadien et québécois créent volontairement les déficits budgétaires en remettant dans les poches des contribuables des milliards de taxes non perçues sous prétexte que ceux-ci auront plus d'argent dans leur poche, mais c'est faux.

Plus les taxes baissent, plus la vie devient difficile pour 90% de la population. Les services publics et parapublics ou bien ont été privatisés ou bien ont diminué la qualité et la gamme de leurs services. Ils ont vu leurs subventions disparaître les obligeant à augmenter les tarifs: par exemple, les tarifs de scolarité et les tarifs de garderie.

Nous vivons dans un semblant de démocratie. Les campagnes électorales sont des «shows de boucanes», le terrain de jeux de propos racoleurs. Ça fait longtemps que le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple est devenu une coquille vide. Le cynisme, l'ignorance, l'indifférence et la partisanerie aveugle ont limité la démocratie aux dix secondes au cours desquelles 70% de ceux qui ont droit de vote donnent un chèque en blanc aux candidats pour des motifs qui n'ont rien à voir avec leur futur rôle politique.

Il faudra probablement se rendre au fond du baril de l'austérité pour enfin prendre conscience du message mensonger et bouffon tenu par nos destructeurs politiques que nous avons librement élus. L'évolution de l'humanité est chaotique, elle passe des années-lumière aux années de grandes noirceurs avec un fatalisme et un sentiment d'impuissance terriblement déprimants.

André Beauregard

SHefford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer