Les résidences pour aînés chargent des coûts exorbitants

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

La mère de ma propriétaire vit seule entre ses quatre murs. En quatre ans, je ne l'ai même pas vu dix fois dehors. Elle a 90 ans et a un problème de surdité. Elle n'a pas entendu l'alarme de feu crier, alors qu'elle vit juste à côté de son voisin «ramasseur compulsif» qui accumule et accumule et qui fume...

Eh non! Ce n'est pas sa cigarette qui a mis le feu, c'est son chaudron qu'il a laissé sur le poêle qui flambait. Une voisine a traversé, est entrée, ne sachant trop où mettre les pieds, est ressortie avec le chaudron en feu qu'elle a réussi à éteindre.

Les pompiers (deux camions, quatre pompiers) sont arrivés, ont vu l'état du logement et ont appelé la Ville. Deux représentantes sont arrivées, ainsi que la propriétaire et son chum qui revenaient à peine d'un voyage en Asie ($$$).

Ma voisine d'en haut me dit «Qu'est-ce qui serait arrivé si on n'avait pas été là? Si elle avait été seule en bas?»

La propriétaire le sait: le voisin est un danger pour sa mère. Alors pourquoi le garde-t-elle comme locataire?

Elle a pourtant, j'en suis sûre, les moyens de payer un nid à sa mère dans une résidence pour aînés.

Des cas comme celui-ci, on va en voir de plus en plus, car les résidences chargent des coûts exorbitants, débiles, inhumains, qui avalent toutes les économies d'une vie. (...)

À moins que les prix baissent, que le gouvernement s'en mêle, à moins qu'il n'en ait rien à foutre...

Où vous voyez-vous vivre dans 5, 10, 20 ou 30 ans, vous qui aurez amassé des sous? (...)

[Le 15 juin est la Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées, NDLR.]

 

Chayo Roy

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer