Un devoir de mémoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

En 1837-38, les patriotes se levaient pour le Québec et ses citoyens. Ils ont pris les armes et affronté les soldats de l'Empire britannique. Plusieurs d'entre eux ont donné leur vie pour leurs idéaux. Dans leur conception, le statut de colonie empêchait les Québécoises et les Québécois d'atteindre leur plein épanouissement. La quête de l'indépendance n'est donc pas quelque chose de récent. Elle a au moins 178 ans et elle n'est toujours pas achevée.

Il y a quelques jours, j'ai eu le privilège de donner une conférence sur la méthodologie en histoire du droit au colloque «Droit et Contexte» organisé par la faculté de droit de l'UQAM. Durant mon allocution, j'ai repris l'une des célèbres phrases de Winston Churchill: «Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre». En d'autres mots, c'est à nous de connaître les erreurs de notre passé si nous souhaitons éviter de les répéter dans le futur.

Depuis un peu moins d'un an, le visage du mouvement indépendantiste a changé. Il y a un peu moins d'un an, les membres du Bloc québécois choisissaient Mario Beaulieu comme chef. Il y a quelques jours, ceux du Parti québécois ont préféré Pierre Karl Péladeau. Avec ces deux nouveaux venus, et sans oublier le chef d'Option nationale, Sol Zanetti, je suis certain que le mouvement indépendantiste est en train de se relever de sa défaite du 7 avril et qu'il en sortira plus fort. Je suis convaincu qu'un dialogue s'établira entre ces trois chefs et qu'une collaboration pourra voir le jour avant 2018.

À mon avis, ces trois chefs sauront se souvenir des erreurs du passé et les éviter. Cependant, cela n'est pas seulement un devoir qui appartient aux chefs des partis indépendantistes. Il s'agit d'une ouverture qui doit aussi se manifester chez les membres de chacun de ces partis si nous voulons être en mesure de travailler ensemble vers l'atteinte de notre objectif commun. Ce fut d'ailleurs le coeur de mon discours d'investiture en tant que candidat du Bloc québécois dans Shefford. Il nous appartient donc de nous souvenir de nos erreurs passées et de nous atteler à bâtir le futur que nous souhaitons.

Je vous invite donc, chers lectrices et lecteurs, à prendre quelques minutes cette semaine pour vous souvenir des hommes et des femmes qui se sont battus pour le Québec depuis la fondation de la Nouvelle-France. Ils et elles sont tous et toutes, au même titre que les hommes qui ont participé aux évènements de 1837-38, des patriotes.

Il n'appartient maintenant plus qu'à nous de continuer pacifiquement notre combat et de réaliser cette avancée collective majeure qu'est l'indépendance du Québec.

Jocelyn Beaudoin

Candidat du Bloc québécois dans Shefford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer