Il dit n'importe quoi et il se croit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Pour le docteur Gaétan Barrette, notre omnipotent ministre de la Santé et des Services sociaux, s'il y a des désordres sociaux au Québec, c'est la faute au Parti québécois.

Si une manifestante du Femen a perturbé la conférence de presse d'Hélène David, ministre de la Culture, la responsabilité en incombe au PQ, rien de moins. Cette manifestante aux seins nus hurlait son opposition au projet de loi 20 du ministre Barrette et revendiquait le droit des femmes à l'avortement. Mais pour ce ministre imbu de son pouvoir, c'est la faute à Diane Lamarre, députée de Taillon et porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé et d'accessibilité aux soins qu'il qualifie de complètement irresponsable.

C'est la personnification même de l'expression: ce n'est pas moi, c'est l'autre. Il se dédouane de sa culpabilité en accusant le PQ de tous les désordres vécus par la société québécoise. C'est un autre énergumène qui se prend pour la Voix, la Vérité, la Vie tout en souhaitant le bien de la population. Et pour le plus grand malheur de cette même population, il se croit. Tout comme son ancien collègue Bolduc, qui a finalement compris, ce cher docteur Barrette devrait aussi retourner à la pratique de la médecine.

Mais aimant un pouvoir sans partage, nous pouvons présumer qu'il sévira encore en politique, surtout que son approche pitbull est appréciée par son chef, le bon docteur Couillard.

Il est paradoxal de constater que le système de santé et des services sociaux du Québec a été défini, planifié et organisé par un actuaire, Claude Castonguay, et qu'il aura été détruit par des médecins. Le docteur Couillard décréta une réforme au début des années 2000 alors qu'il était le ministre de la Santé et des Services sociaux et le docteur Barrette décrète une autre réforme qui sabote tous les efforts déployés par les travaux de Claude Castonguay. C'est à n'y rien comprendre. C'est à se demander s'il ne veut pas dépasser son maître dans son oeuvre de déconstruction d'un réseau qui a plus un besoin d'oxygène que d'une réorganisation administrative.

Tout comme le docteur Couillard, le docteur Barrette ne passera pas à l'histoire comme réformateur de notre système de santé. Claude Castonguay demeurera le Père et l'instigateur du système de santé du Québec. Les docteurs Couillard et Barrette mériteront le titre peu honorable de FOSSOYEURS du système de santé québécois. Les lettres m.d. à la suite du nom qui signifient en latin medicinae doctor se traduisent dans la nouvelle réalité par maître en démolition.

Si la Révolution fut tranquille au Québec dans les années 1960, nous pouvons présumer que le Déclin sera plus tapageur dans les prochains mois. S'il y a du désordre social au Québec, la responsabilité et le bruit des casseroles sont déjà imputés au Parti québécois. Nous pouvons compter sur le bon docteur Barrette pour tenter de nous en convaincre. Ce n'est pas moi, c'est l'autre. A beau mentir qui vient de loin, dit l'expression. Et ce n'est pas toujours une question d'une distance géographique quelconque.

Bernard Fournelle

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer