Lettre ouverte à Omar Khadr

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Voix de l'Est

Omar, tu me permettras de t'appeler Omar, car je pourrais être ton père, je te présente mes excuses. Pas seulement les miennes d'ailleurs, celles de tous les Canadiens, qu'ils le veuillent ou non. Le gouvernement canadien t'a non seulement abandonné, mais a participé à ta condamnation et s'entête encore à vouloir la faire appliquer jusqu'au bout alors même qu'elle est immorale selon le droit canadien, selon le droit américain et selon le droit international; il a fallu un tour de passe-passe du droit militaire américain pour justifier le mal qui t'a été fait. Notre gouvernement, que nous avons élu, est responsable et nous sommes donc responsables. Car notre vote les a mis au pouvoir, même en votant contre eux ou en nous abstenant de voter, et nous sommes coupables avec eux.

Excuse-moi. Excuse-nous.

Tu as maintenant presque le droit d'être libre, avec un bracelet électronique sur le corps, avec les services de renseignement sur le dos et avec les conservateurs à tes trousses. Mais aussi avec des centaines de milliers de gens qui appuient ta cause depuis le début. Va les voir. Va leur parler. Écris. Raconte. Raconte-nous ce que c'est d'être blessé dans une guerre qui nous est imposée par des gens qui sont censés nous aimer. Raconte-nous ce que c'est que d'être arrêté et mis au secret alors que l'on a quinze ans. Raconte-nous ce que sont les interrogatoires interminables que l'on doit subir. Raconte-nous une adolescence derrière les barreaux plutôt que devant les filles, la télé et les profs ennuyeux (dans cet ordre!). Raconte-nous ce que c'est que d'être enfoncé par le gouvernement qui devrait nous aider, qui devrait croire au Canada et en ses citoyens.

Tu as une bombe dans la tête. Cela pourrait être une bombe de haine, de rancune et de colère. Mais cela peut aussi être une bombe d'ouverture, d'exemplarité, de valeurs humaines. Fais exploser cette bombe-là. Montre à tous que l'on peut grandir droit dans les conditions les plus difficiles. Humilie ceux qui t'ont humilié en racontant ton histoire.

Aide-nous à devenir meilleurs. Explique-nous. Réfléchis à ce qui est le plus important, à la manière de le dire et raconte-le-nous. Prends la route et la parole Omar. Nous avons besoin de ta vérité.

 

Bernard Demers

Béthanie

 

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer