Le visage de l'obscurantisme

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Monsieur Forcier. À la fin de votre longue tirade parue le 24 mars où se bousculent encore une fois vos créations farfelues, vous demandez: «dans notre univers politique et médiatique dit démocratique, est-ce que la voix d'un seul citoyen peut compter et faire une différence ou même seulement être entendue et écoutée?» Voyez-vous, M. Forcier, vos propos loufoques peuvent évidemment être lus et faire rire beaucoup de monde, mais de grâce, évitez de rejeter du revers de la main les réflexions émises par M. Charles Taylor et par M. Julius Grey. Les idées bizarres d'un citoyen qui se prend pour un prophète ou un gourou ne peuvent servir qu'à dérider, rien de plus. Même les gens de la commission parlementaire qui vous ont écouté ont dû avoir mal au ventre à force de rire en entendant vos élucubrations.

Comme d'habitude, vous étalez au grand jour votre profonde ignorance et vos constructions chimériques au sujet de la liberté de conscience, la liberté de religion et la neutralité de l'État. En tenant compte de votre obstination, il est tout à fait inutile de perdre du temps à vous rappeler les définitions retenues par les chartes et les tribunaux. Comme la plupart des croyants plus ou moins fanatiques, vous vous permettez de mépriser allègrement les chartes et les jugements de la Cour suprême.

Grâce à un tour de passe-passe surgi tout droit de votre imaginaire, vous avez proposé la désactivation de la symbolique propre au Crucifix. Ainsi, comme vous l'avez déjà écrit, le Crucifié pourrait régner à l'Assemblée nationale ou dans les salles des conseils municipaux et ainsi, une «laïcité catholique??» pourrait s'installer éternellement au Québec en s'appuyant sur une prépondérance totalement injustifiée accordée au pseudo caractère historique et patrimonial de certains objets religieux catholiques.

Comment faites-vous pour nager dans autant de confusion? Vous aimeriez tellement que cet attachement nostalgique au passé chrétien que vous appelez pompeusement «la fidélité au passé» soit reconnu à titre de grande valeur québécoise inscrite dans une hypothétique charte des valeurs. La grandiloquence de vos propos et leur extraordinaire complexité ne réussissent pas à camoufler votre radical refus et votre totale incompréhension d'une véritable laïcité.

 

André Beauregard

Shefford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer