Elle est où la différence ?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Des foulards, des personnalités, des époques qui font l'Histoire: la nôtre et celles des autres. Qui aurait osé demander à Mère Teresa de retirer son foulard, qui aurait osé, il n'y a pas si longtemps au Québec, demander aux religieuses de retirer la coiffe ou le foulard qui distinguaient les diverses communautés religieuses? Tout comme les prêtres et frères qui portaient la soutane. La Révolution tranquille du Québec changea beaucoup de choses, dont la tenue vestimentaire des membres des communautés religieuses.

Certains coins dans les Vieux-Pays nous offrent encore un tel spectacle, ils résistent et s'accrochent à leurs valeurs traditionnelles sans pour autant renier la modernité. Allez-vous exiger de ces personnes que vous rencontrerez au hasard d'un voyage de retirer ce costume d'une autre époque? (...)

Que l'on soit en accord ou pas. Que l'on soit un adepte d'une religion ou athée. Que l'on soit de souche chrétienne, juive, musulmane, bouddhiste, Krishna; ces personnes perpétuent une tradition comme beaucoup de catholiques vont à la messe de minuit à Noël pour entendre les chants de leur jeunesse (...) Tout comme ces mêmes personnes installent la crèche sous le sapin en se souvenant du Noël familial ou qui font baptiser un nouveau-né; ça fait partie des traditions et de notre façon de vivre. Nous vivons très bien avec ces contradictions.

Majoritairement, les Québécois, à tout le moins, sont pour une laïcité ouverte, mais nous devons aussi admettre que le Canada est fondé sur le multiculturalisme, tel que l'a voulu un ancien premier ministre canadien. C'est inscrit dans la Constitution, dans sa Charte des droits et libertés. Tout comme nous retrouvons un crucifix à l'Assemblée nationale du Québec et des centaines d'églises dans nos villes et villages. Reliques d'une autre époque, mais qui font partie de notre patrimoine historique (...)

Le Québec et beaucoup de pays dans le monde sont confrontés avec un certain radicalisme idéologique dénaturant trop souvent une religion. Sans me tromper, je pourrais affirmer que les guerres de religion, depuis des siècles, ont fait plus de morts que toutes les guerres mondiales ou régionales réunies.

Saint Augustin a déjà dit en son temps qu'à Rome, il fallait vivre comme les Romains: c'est d'une simplicité très simple et pas très difficile à comprendre. Lorsque nous voyageons, nous nous plions assez facilement aux us et coutumes du pays que nous visitons. À plus forte raison, si nous décidons de nous établir dans un nouveau pays, serait-il attendu que les nouveaux arrivants se plient aux coutumes du pays d'accueil.

Que votre croyance aille à Dieu, à Allah, à Yahweh ou que vous vénériez Bouddha, un veau d'or ou le Grand Manitou, ça vous appartient et c'est du secteur privé, aurait dit Pierre Elliot Trudeau, père du multiculturalisme canadien.

(...) Paix sur la terre aux Hommes de bonne volonté, mais il y avait des absents lors de la distribution de la bonne volonté. À Rome, nous vivons comme les Romains. Au Québec, vous n'êtes pas obligés de manger de la poutine et d'encourager les Canadiens de Montréal. Vous pouvez prendre pour les Bruins de Boston ou l'Avalanche du Colorado. À l'époque, il y avait même des partisans des Nordiques.

- Bernard Fournelle

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer