On m'a volé mon emploi

La Voix de l'Est

Jeudi dernier, à 19 h, je quittais mon bureau du Forum jeunesse pour la dernière fois. Après 5  ans de dévouement, je venais d'apprendre, le jour même, que c'était bel et bien le dernier jour. J'ai l'impression d'avoir reçu un coup de poing dans le plexus, j'ai une boule coincée dans la gorge et ma tête ne parvient pas à traiter l'information.

Peut-on vraiment faire ça? Comme ça?

Parce que dans le fond, aucune missive gouvernementale officielle n'a annoncé l'abolition des forums jeunesse. Aucune analyse, étude, consultation, concertation, réorganisation, décision... RIEN.

Le Secrétariat à la jeunesse du Québec n'a juste pas donné de nouvelles quant à l'avenir des forums jeunesse et de leur budget suite à la fin de leur entente au 31 mars 2015. Donc, on se regarde dans le blanc de l'oeil le 1er avril, pensant que la situation ne peut relever que d'un sordide poisson d'avril... «Mais là, sans rire, on fait quoi?» Ben on s'en retourne chez nous... La tête basse, le coeur en miettes, le poignard planté dans le dos.

On laisse tomber les ententes avec des partenaires développées sur plusieurs années, les projets dans lesquels de nombreux jeunes sont présentement engagés, les financements de projets innovants et structurants permettant à nos milieux de bonifier leurs actions et leurs services. On met dans la déchiqueteuse des années d'efforts à se concerter pour trouver ensemble des solutions aux problèmes des jeunes de notre région. Aussi, le gouvernement vient de saupoudrer sur notre organisation et sur nous un pernicieux manque de considération qui va s'infuser en nous, les professionnels, nous laissant avec le cruel et fragilisant questionnement: avons-nous fait tout cela pour RIEN? Sommes-nous si insignifiants?

Tous ces emplois d'agents de participation citoyenne, agents de développement, et autres, occupés par tant de jeunes passionnés, convaincus, sincèrement engagés dans leurs mandats, qui tous, j'en suis persuadée, comme moi, étaient honorés d'être rémunérés par l'argent public. Maximisant chaque denier, chaque instant de leur travail pour être finalement les agents de liaison entre les jeunes et la démocratie.

Je tiens à souligner le manque de communication, d'efficacité et d'humanisme du Secrétariat à la Jeunesse du Québec, du cabinet du premier ministre, du gouvernement libéral tout entier. Votre façon de faire met à sac le Québec. Vous pillez nos ressources, nos énergies, vous déconstruisez le fruit de notre travail sans RIEN proposer pour la suite et surtout en ne nous incluant jamais dans le processus de redéfinition de nos services.

Mention spéciale également au ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT), à son ministre Pierre Moreau et à l'ensemble de ses subordonnés, gestionnaires du MAMOT, directions régionales et autres qui, avec véhémence, mettent en application un PROJET de loi et non une loi. L'abolition des CRÉ, des CLD et le monumental gâchis actuel sont illégaux! Ce projet de loi n'a pas été voté à l'Assemblée nationale et on s'affaire à le mettre en application. Comment expliquer que tous ces élus, ces fonctionnaires obtempèrent sans moufter? Où sont passés le jugement et surtout l'éthique de tous ces gens? Ce genre de scénario ramène à des pans effroyables de l'Histoire.

Monsieur Couillard, MM. Moreau, Barrette et autres élus locaux qui se frottent les mains, pensant qu'ils vont décrocher le pactole et se gonflent la poitrine à l'idée qu'ils auront plus de pouvoir discrétionnaire, vous et votre conception de la démocratie, je ne vous respecte pas. Vous n'êtes pas des exemples, vous n'êtes pas des leaders, vous êtes des petits chefs d'un autre temps. Vos réformes nourriront bien plus le cynisme que les caisses de l'État.

Vous venez de nous jeter à terre, employés des CJE, CSSS, Forums jeunesse, CRÉ, agences de santé, CLD, etc., mais nous saurons bien nous relever, nous essuyer les genoux et nous rassembler pour nous réengager dans la construction d'une société aux valeurs plus humaines, plus éthiques et plus juste. Et, messieurs les apprenti marionnettistes autoproclamés, cela se fera envers et contre vous.

- Elsa Carlier, au chômage jour 1

Bromont

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer