Les familles ont le dos large à Sutton! Pourquoi proposer des modifications de règlements au plan d'urbanisme?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Nous sommes des parents d'enfants qui grandissent à Sutton. Nous avons à coeur la vitalité de notre milieu de vie, sa nature, sa culture, qui constituent une richesse pour les familles et les aînés. C'est avec étonnement que nous avons appris que le conseil municipal s'apprêtait à adopter des changements aux règlements d'urbanisme en notre nom. Depuis quelques semaines, les familles ont le dos large à Sutton! Lors d'une récente séance d'information publique, le maire Louis Dandenault nous annonçait que, pour favoriser l'accession des familles à l'habitation, il fallait procéder à des «changements mineurs» dans les règlements d'urbanisme. Nous avons rapidement compris que ces changements n'ont rien de mineur et qu'ils auraient des impacts majeurs, sans toutefois répondre aux besoins des familles. Cette démarche est d'autant plus étonnante que selon la loi, Sutton peut procéder à une révision globale de son plan d'urbanisme en 2016! Pourquoi cette urgence? L'échéance n'est pourtant pas très éloignée.

Nous avons appris dans La Voix de l'Est du 11 mars que la Ville a décidé de faire ces modifications suite à des consultations entre le maire et des «promoteurs, entrepreneurs et arpenteurs». La séance de consultation publique du 21 mars (reportée au 11 avril) s'est ouverte avec une allocution du maire soulignant l'importance d'assurer l'accès à la propriété pour les familles souhaitant s'établir à Sutton. Quelques minutes plus tard, le directeur du service de l'urbanisme précisait que les modifications proposées visent à dégager des lots à l'extérieur du village avec un coût de construction total de 400 000$ et plus. Quelles familles peuvent assumer la construction ou l'achat de résidences à ce prix?

Quelles modifications doivent attirer notre attention? La division par deux des superficies minimales des lots dans le vaste territoire rural du massif forestier (zones RUR et PAM: protection altitude moyenne); la réduction des restrictions de lotissement en zones de pente forte; et l'élimination des limites maximales sur la longueur des allées véhiculaires. En somme, les modifications suggérées favorisent un développement résidentiel excentré, loin du noyau villageois et des services dont les familles ont besoin. On ouvre plutôt la campagne et le massif forestier au marché des résidences secondaires pour des ménages aux revenus élevés. La pression pour l'ouverture de nouveaux chemins un peu partout sur le territoire sera importante, car c'est la seule manière de rentabiliser la création de ce genre de lotissements.

Répondons-nous aux besoins des familles avec ces modifications? Non! Elles subiront, avec la majorité des autres citoyens, les impacts négatifs de ce type de développement.

Un premier impact sera la fragmentation du territoire. L'étalement rural favorisera la construction anarchique de résidences secondaires qui vont charcuter le patrimoine le plus convoité de la municipalité, c'est-à-dire le massif des monts Sutton, ses collines et leur couvert forestier. L'impact environnemental sera tout aussi important. L'érosion entraînera l'enlisement des cours d'eau, dont la rivière Sutton.

Finalement, l'étalement rural a un coût, des coûts liés à l'entretien de chemins pentus, à la collecte de déchets domestiques, au transport scolaire. Bref, ces coûts se traduiront par l'augmentation des taxes foncières et scolaires pour tous les résidents.

En fait, un développement résidentiel éloigné du noyau villageois entraîne des coûts plus élevés que ce qu'il rapporte à une municipalité. Les études démontrent qu'en milieu rural, pour chaque dollar de revenu de taxes, cela entraîne de 1,30$ à 1,70$ de dépenses. Autrement dit, ce sont les résidents et les entreprises déjà établis qui subventionneront les résidences secondaires juchées sur une crête du massif ou dans le fond de la forêt.

On pourrait nous reprocher d'être contre le développement. Oui, nous sommes contre un certain type de développement qui ouvre la porte à la prolifération de lots et à la construction tous azimuts de résidences. Nous sommes plutôt en faveur d'un plan d'urbanisme qui favorise un développement ciblé du territoire, qui consolide l'urbanisation de certains secteurs et qui mise sur une valorisation de notre patrimoine culturel et naturel, tout en protégeant les zones sensibles sur le plan environnemental et paysager.

Bonne nouvelle! Sutton a déjà ce plan d'urbanisme et il fait école un peu partout au Québec, préservons-le! Nous sommes des familles qui ont choisi Sutton pour sa vitalité, ce qui implique la présence d'aînés, de jeunes et moins jeunes familles qui ont besoin de se loger à bon prix et près des services de proximité. Les changements proposés ne répondent pas à ces besoins. Ceux-ci s'inscrivent dans une autre vision du développement de Sutton. Une vision qui répond au désir de ceux qui cherchent à lotir des terrains éloignés du village, à ouvrir des chemins en zone forestière ou en montagne. Bref, une vision qui répond aux intérêts immédiats d'une minorité au détriment des besoins de la collectivité... et des jeunes familles qui en paieront les coûts.

Daphnée Poirier

Eric Pineault

Anne-Marie Courtemanche

Éloïse Audy

Martin Gauthier

Anne Vastel

Robin Coutu

Isabelle Grégoire

Josée Mélanie Lupien

Jean Archambault

Paul Dorion

Martin Surprenant

Élise Borduas

Tous et toutes résidents de Sutton

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer