Un crucifix et un Montréalais de trop!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Je viens de lire votre article de ce lundi sur le crucifix de trop au centre hospitalier de Granby. Le Montréalais en question ne connaît pas son histoire et devrait dire merci aux communautés religieuses qui ont bâti depuis 300 ans les hôpitaux qui forment aujourd'hui la base de notre système de santé. Que ces bâtiments recèlent des trésors et des crucifix cela ne me dérange en rien. Au contraire je suis fier de dire que sans l'hôpital Saint-Joseph de Granby je n'aurais pas vu le jour. Ma mère a eu des complications à l'accouchement et j'ai survécu parce qu'elle a été hospitalisée par la volonté de mon père qui ne voulait pas prendre de risque avec une naissance à la maison en 1947. Ce monsieur apprendra que cette institution existe grâce aux campagnes de financement de ces communautés religieuses qui, sous «La Révolution Tranquille» au Québec, ont vu leurs biens passés au public.

Oui il faut laisser le patrimoine accroché au mur. Que ce Montréalais visite le vieil hôpital Notre-Dame de Montréal et l'Hôtel Dieu aussi à Montréal et il va y voir une foule de signes religieux accrochés mais aussi inscrits dans la pierre. Ce Montréalais qui vient à la campagne va-t-il nous demander de faire disparaître les croix de chemin sur la 112 qui sont des signes religieux dans un espace publique? Tant qu'à y être, il faut démolir tous les clochers, les minarets et autres symboles d'une présence de la religion pour avoir un espace laïque aseptisé au Québec. Ignare est le mot qui me vient en tête pour être poli envers cet individu.

J'espère que M. Bonnardel et les autres députés ne partiront pas à la chasse aux crucifix dans les institutions de santé, à travers le Québec, construits avant les années 1960, car il y a surement une multitude de crucifix et de signes religieux entre les murs de ces institutions. Si l'on veut une société forte il ne faut pas renier nos origines même si cela ne plaît pas aux athées, aux islamistes et aux libres penseurs. Je suis pour le droit de pensée, la liberté d'expression et de la presse, mais contre des idées voulant qu'on efface les signes de notre passé, même si parfois il n'était pas brillant à certaines occasions.

D'un granbyen offusqué des commentaires d'individus qui pensent défendre l'espace public.

 

Jean R. Petit

Granby

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer