Voyages au primaire et au secondaire: le Québec d'abord

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

J'ai été enseignant en sciences humaines (histoire, géographie) au secondaire 37 ans. J'ai lu l'article où les parents se posent la question sur l'opportunité d'un voyage à Boston, à 300$, pour l'enfant qui termine son «primaire». J'ai organisé tous mes voyages scolaires dans un but éducatif et ludique. En sommes-nous rendus à penser qu'il n'y a que les É.-U. et l'Europe pour les jeunes du primaire? Il y a au Québec des dizaines de possibilités pour faire des sorties et des voyages excursions intéressants pour les élèves.

Les commissions scolaires devraient établir des règles simples: au primaire des voyages en régions et des compléments pédagogiques en géographie, histoire et sciences à Montréal, Trois-Rivières, Québec, Fort Lennox et autres. Au secondaire: y aller de voyages excursions au Québec et en Ontario vers Ottawa, Toronto, Upper Canada Village, Drummondville, Shawinigan, Kingston avec son canal Rideau et autres qui sont des villes et des lieux qui offrent une pléiade d'activités et de visites muséales. En histoire de secondaire deux, j'ai fait 3 ans de suite un voyage à la réserve indienne d'Odanak avec le niveau et un questionnaire à compléter en équipe de 2 ou 3. J'ai dû abandonner, car les sixièmes années du primaire l'avaient adopté pour visiter!

J'ai entendu dans ma carrière des enseignants se dire «tannés» de faire les mêmes voyages à La Ronde, le Vieux-Montréal, le Mont-Royal et l'oratoire Saint-Joseph ou le Planétarium. Je suis en accord avec les parents pour y voir des enseignants se faire un «trip» différent. Je ne crois pas que Boston soit au programme du primaire! Ce n'est pas la tâche des enseignants de faire des campagnes de financement du genre. Trouver des excursions dans la région est facile et intéressant. Me faire dire par les parents qu'ils y ont déjà été ne m'a jamais arrêté de prendre la même destination et même d'y inviter ces parents pour leur faire découvrir ce qu'ils n'avaient pas vu lors de leur propre visite de ces lieux. Il ne faut pas se court-circuiter entre les niveaux scolaires. L'enseignant peut retourner aux mêmes endroits si son groupe ou son niveau peut y découvrir des éléments concrets complétant son programme.

Je pourrais vous citer la cinquantaine de sorties d'un jour ou deux organisées pour mes élèves ou des groupes, pour vous dire qu'il y a toujours moyen de les éblouir. (5 voyages visites à Ottawa, d'une durée de 2 jours, avec les mêmes couples d'adultes en 7 ans et jamais les mêmes hôtels, musées, visites ou excursions).

Nous devrions réserver aux finissants de secondaire 5 et aux cégépiens le privilège de voir d'autres pays. Que le système d'éducation au primaire et au secondaire ait comme objectif de faire connaître à fond la géographie et l'histoire, du Québec d'abord, par des visites et voyages de découvertes en extension du curriculum scolaire. 

Jean R. Petit,

enseignant retraité, Granby

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer