Il n'y a pas que les lapins...

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

BWAAAH... BWAAAH... BWAAAH diraient les vedettes de la bande dessinée de Thitaume et Pujol. À l'instar des Lapins Crétins que pouvons-nous dire de plus face aux décisions de nos Premiers ministres. Monsieur Harper se prend pour G.I. Joe et nous impose son style va-t-en-guerre. Monsieur Couillard a remplacé son scalpel par la tronçonneuse. Les deux ont été élus selon les règles, ils sont majoritaires et après eux le déluge. Ils risquent même une réélection en 2015 à Ottawa et en 2018 à Québec. C'est vous dire dans quel cul-de-sac nous nous retrouvons. La population n'a qu'à prendre son mal en patience et espérer que les Canadiens de Montréal nous feront honneur au printemps 2014: Go Habs Go. Tout en souhaitant que l'hiver à nos portes sera clément.

Le discours à la mode est de se faire dire que tout va mal, qu'il faut sabrer dans les dépenses de l'État, qu'il faut se serrer la ceinture, que chacun doit faire sa juste part. Mais le chacun exclut les nantis bien évidemment. La santé coûte trop chère, l'éducation coûte trop chère, les garderies coûtent trop chères. Les retraites coûtent trop chères. Nos gourous et nos charlatans n'ont qu'un mot à la bouche: AUSTÉRITÉ. Ce mot s'est transformé en une idéologie s'inspirant de Margaret Thatcher et Ronald Reagan dont leurs politiques économiques conservatrices ont menés à la catastrophe. C'est le nouveau dogme à la mode. «J'austérise, tu austérises... nous austérisons,vous austérisez....» Et en avant la parade.

Pierre Fortin, économiste québécois a bien résumé l'approche de nos gourous: «chaque fois que les néolibéraux prennent le pouvoir, l'économie fout le camp en récession et ça nous prend des décennies à s'en remettre. Leurs coupes entraînent une croissance des inégalités sociales, faisant d'un côté des riches toujours plus riches et de moins en moins nombreux et de l'autre des pauvres qui le sont de plus en plus et qui augmentent en nombre».

Au lieu de procéder à des coupes aveugles et sauvages, il faut investir dans le développement. C'est ce qu'ont fait les politiciens les plus allumés et les pays les plus dynamiques. Mais notre duo Harper-Couillard n'est pas de cette école. Les deux aiment mieux s'inspirer de la formule Thatcher-Reagan que de la méthode Roosevelt. Même le Fonds monétaire international dénonce les politiques d'austérité; elles ne fonctionnent tout simplement pas. On ne crée rien en coupant partout, on empire la situation. On ne peut accuser le FMI d'être une organisation de gauche.

Comme l'a déjà souligné Günter Grass, écrivain allemand: Demain, c'est écrit hier. Il faudra avoir à l'oeil notre Premier ministre québécois surtout qu'il confond engagement, promesse cible, objectif. Astérix avait 12 travaux, notre bon docteur Couillard a 12 dossiers à réaliser: 1) la réforme des régimes de retraite; 2) l'abolition des agences de santé et la réforme du réseau; 3) les négociations avec les travailleurs du secteur public; 4) l'entretien des plantes vertes dans les différents ministères; 5) les compressions dans les universités; 6) les compressions dans les écoles; 7) la fermeture des conservatoires dans les régions; 8) la transformation du Ministère des Relations internationales en simple secrétariat; 9) la modulation des tarifs dans les garderies; 10) la réduction des congés parentaux; 11) les compressions à l'aide sociale; 12) la création de 250,000 emplois, promesse qui est devenue une simple cible ou un objectif.

C'est sans compter ce qui s'ajoutera dans les prochains mois jusqu'au printemps 2018. Le dicton ne dit-il pas: Patience et longueur de temps, font plus que force ni que rage. Il est inutile de s'énerver. Il faut au contraire faire preuve de patience et agir calmement. BWAAAH... BWAAAH... BWAAAH...

 

Bernard Fournelle

Granby

 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer