Transport scolaire: sortez de vos bureaux!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Transport scolaire: service pour assurer le transport des élèves vers des écoles afin de rendre nous enfants de meilleurs individus en leur offrant la possibilité d'avoir une éducation répondant aux besoins et attentes.

Je ne connais pas la mission présente du transport scolaire à la commission du Val-des-Cerfs, mais j'ai de forts doutes qu'il s'agisse de celle-ci. En cette période d'élection scolaire, j'ai longuement réfléchi à me présenter comme commissaire afin de faire entendre mes points, mais ayant tellement une confiance réduite à cette organisation, j'ai décidé de croire qu'un jour les commissions scolaires n'y seront plus.

J'habite une région rurale, mais pas tant, je décide d'envoyer mes enfants dans une école ayant un programme international (...) L'école est située dans ma municipalité, mais selon la commission scolaire, et le découpage scolaire, c'en est autrement, l'école de MA VILLE est considérée hors secteur, donc je dois remplir un formulaire à chaque année, pour demander un choix de fréquentation. Et je ne suis jamais certaine si mes trois enfants auront une place, avec leurs amis, dans leur localité, où l'on paie nos taxes.

Soucieuse de l'éducation et de l'avenir de mes enfants, le choix de l'école secondaire a été dans le même sens, mon choix s'est arrêté sur l'école Jean-Jacques Bertrand de Farnham, parce qu'ils offrent le modèle que je préfère pour mon enfant. La distance entre l'école et la maison est quand même considérable. Nous sommes cependant heureux de constater que nous pouvons bénéficier d'un transport scolaire, oui nous devons aller porter notre enfant à un point d'embarquement, mais nous nous soumettons.

Un mois après la rentrée, mon enfant est de plus en plus à l'aise avec toute la nouveauté que représente le passage entre le primaire et le secondaire, m'informe que l'autobus qui la débarque comme d'autres élèves fait le chemin du retour jusqu'à notre village à chaque soir.

Après l'avoir suivi à plusieurs reprises, j'ai pu constater qu'effectivement que l'autobus passe par chez nous à chaque soir. Un jour suivant le véhicule jaune, je décide d'arrêter le chauffeur, afin d'en discuter avec lui. Je lui fais part de la situation, et l'homme d'expérience m'avise que cela lui ferait plaisir de ramener ma fille chaque soir, qu'il ne voit aucun problème, parce que de toute façon il passe par là. Il m'avise d'en aviser le département du transport scolaire. Le lendemain, je communique avec le transport scolaire afin de l'aviser de la situation.

On a bien fait de m'informer rapidement que cela ne pourrait être possible, puisque le transport scolaire bénéficie d'une procédure très claire de ne pas accorder de quelque manière que ce soit un prolongement de parcours. On me définit profondément ce qu'est un prolongement de parcours. Devant le refus, je demande à parler avec un supérieur, espérant trouver une personne avec un peu plus d'ouverture d'esprit, qui verrait bien qu'il ne s'agit pas de prolongement de parcours, que le chauffeur est d'accord, et que cela éviterait de prendre mon véhicule et sauver 20 km par jour, pour suivre un autobus de toute façon.

J'attends deux jours et je reçois finalement l'appel tant attendu (...) pour me faire répondre une fois de plus qu'après vérifications, ce serait impossible. Je m'objecte, est-ce que la commission scolaire connaît vraiment nos secteurs? (...) Ce qui se passe en vrai, c'est que des enfants et des parents de Foster doivent aller porter et chercher leurs enfants à 10 km de la maison, à l'école Saint-Édouard, car la commission scolaire a décidé qu'il s'agissait du point d'embarquement, que nous devons payer des frais pour le transport scolaire, merci mon dieu, qu'ils ont revus à la baisse (...), Mais au-delà de cela, le chauffeur doit repasser sur notre route, pour revenir chez lui avec son autobus, mais on ne l'autorise pas à ramener mon enfant jusqu'à chez moi, sur son chemin sous prétexte d'un prolongement de parcours qui n'existe pas.

Madame Fortin, que l'on me répond, il faudrait assumer des frais de 153$ du km, pour permettre au chauffeur de ramener votre enfant.

Est-ce qu'on est en train de me dire que le chauffeur est payé ce prix? Non, Madame Fortin, mais il y a l'essence, est-ce qu'on est en train de faire accroire au monde que l'essence d'un autobus est de 153$ du km? Est-ce que c'est une question d'assurance, qui nous coûte 153$ du km??? Je vous conseille de magasiner vos soumissions d'assurances, est-ce qu'on prétend que le chauffeur n'est subitement plus assuré ni son autobus à la minute où les élèves sont débarqués??? (...)

Vivement la fin des commissions scolaires, et la venue des services justes et adaptés aux réels besoins des familles.

Merci

Karine Fortin, Foster, Lac-Brome

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer