Comment se débarrasser des tigres

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Un jour, un homme surprend son voisin à jeter du sel tout autour de sa maison.

- Pourquoi fais-tu ceci? lui demande-t-il.

- C'est pour éloigner les tigres...

- Mais il n'y a jamais eu de tigres par ici!

- Et bien tu vois, répond le voisin, c'est drôlement efficace!

 

Voilà la blague à laquelle je pensais lorsque j'ai lu l'extrait suivant de l'éditorial de François Beaudoin:

«Oui, mais ce pont [Patrick-Hackett] est tout neuf, il vient d'être reconstruit en 2008 et ça a coûté 7 M$ (dont 5 M$ aux Granbyens), vous entends-je protester. Vous avez raison. Et imaginez un instant si l'ancien maire Richard Goulet n'avait pas tenu son bout et exigé une reconstruction du pont à quatre voies au lieu des trois qui étaient projetées? Capharnaüm appréhendé.»

L'élargissement du pont à 3 voies, c'était pour faciliter l'accès à Denison, direction ouest, et ça coûtait seulement 400 000 $. Le nouveau pont à 4 voies, c'était pour régler ce problème et, en plus, corriger le problème de circulation pour les «20 ans à venir». Voilà comment on justifiait le 6,5 M$ de différence.

Et pourtant le problème de circulation n'a jamais été corrigé. Une personne normale conclurait que la solution n'était pas bonne. Surtout si le résultat négatif avait été prévu par plusieurs dès le début, dénonçant l'incapacité du gestionnaire en place à régler des problèmes municipaux.

Mais non, pour certains, le gestionnaire était si bon que la solution ne pouvait pas être mauvaise; c'est donc que le problème a nécessairement empiré.

Refuser de voir la vérité en face, ça s'appelle du dogmatisme. Le dogme dont il est question ici: «Augmentation du compte de taxes en vue!»

Ce qui est désolant, c'est que cette opinion vient du rédacteur en chef de La Voix de l'Est, celui-là même qui décidait du traitement des informations et de l'actualité durant les mandats de Richard Goulet.

Un nouveau pont n'est pas une solution

En ce qui concerne la problématique de la circulation, un nouveau pont n'y changerait rien. Il y a déjà 6 voies qui enjambent la Yamaska à cet endroit et pourtant il n'y a que 4 voies sur la Denison. Le problème est qu'une fois la rivière traversée, la rue Principale est à 2 voies. Il est là l'entonnoir. Les feux de signalisation n'aident en rien. Voilà pourquoi transformer la rue Principale en sens unique (ainsi qu'une autre rue parallèle, comme Boivin par exemple) donnera un 4-voie qui traverse entièrement la Ville. En prime, il y aura moins de feux de circulation nécessaires, ce qui donnera une circulation plus fluide.

Le seul nouveau pont qui pourrait faire une différence est celui qui joindrait le boulevard Pierre-Laporte au boulevard Leclerc, créant ainsi le 4-voie si nécessaire. Ce projet coûterait facilement 20-30 M$, incluant la destruction de logements d'une valeur de 4 M$ et d'une partie du parc Daniel-Johnson. Et si ce coût financier ne vous effraie pas, le coût environnemental de ce projet serait si élevé, que le ministère de l'Environnement ne le permettrait probablement pas.

L'ère du gaspillage, c'est terminé. En fait, ça n'aurait jamais dû exister. Il faut être imaginatif et faire avec ce que nous avons.

 

Denny O'Breham

Granby

Monsieur,

Il est normal pour le rédacteur en chef d'un quotidien régional comme le nôtre de signer occasionnellement un éditorial pour commenter un dossier d'actualité ou un sujet d'intérêt public dans la communauté.

 

Louise Boisvert

Présidente et éditrice

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer