Les «faucons» et les «colombes» du Vatican

Partager

La Voix de l'Est

Avec la récente démission du pape Benoît XVI, plusieurs spéculent sur l'identité du prochain pape. Il convient d'insister sur le fait que les divers modèles théologiques présents à Rome correspondent, sur le plan ecclésial, aux différentes philosophies sociales, économiques et environnementales qu'on retrouve dans les différents partis politiques des démocraties occidentales.

Autrement dit à l'arrière-plan théologique, se profile à l'horizon une lutte purement politique, mais totalement intestine. Depuis plusieurs années, deux écoles théologiques s'affrontent dans l'institution catholique, mais également au sein d'autres confessions. Comme le souligne le théologien Hans Küng dans son plus récent ouvrage, Peut-on encore sauver l'Église?, la Curie romaine s'emploie à mettre en place une politique de restauration plutôt que de refondation comme le souhaitait le concile Vatican II. Cette tendance théologique, bien représentée par le Benoît XVI et le cardinal Ouellet se fonde sur un paradigme «de la Révélation» selon les dires mêmes de monsieur Ouellet.

Deux écoles de pensées

Ce modèle, enraciné dans une perspective médiévale, se caractérise par un regard où le cosmos est statique, immuable et où «l'ordre naturel» est fortement hiérarchisé. L'anthropologie qui en résulte, s'appuie sur une vision strictement dualiste, hiérarchique et essentialiste (cela explique l'opposition viscérale à l'ordination des femmes, à la théorie du genre et aux divers féminismes). Dans cette optique, le catholicisme détient la «Vérité» et doit préserver, à tout prix, le «dépôt de la foi» face aux menaces constituées par les transformations paradigmatiques de notre monde. (Pour comprendre ces changements, voir l'excellent livre de Frédéric Lenoir, La guérison du monde).

Les représentants de cette école théologique, avec l'accord tacite de la papauté depuis Jean-Paul II et Benoît XVI, sont parvenus à évincer les tenants du dialogue et de l'ouverture au monde comme le souhaite le concile Vatican II. En d'autres termes, il ne demeure, au sein de la Curie romaine, que des personnes adhérant au modèle conservateur de restauration comme le mentionne Hans Küng dans son livre.

Par conséquent, le choix du prochain pape s'effectuera selon des interprétations plus ou moins intransigeantes de ce modèle de restauration, entre les cardinaux «faucons», qui préconisent le retour strict à l'Église préconcialiaire, et les cardinaux «colombes», qui désirent conserver la «modernisation» effectuée dans les années 1960, mais qui refusent de poursuivre la transformation nécessaire de l'Église amorcée par Vatican II. Dans un tel contexte, peu importe le choix de la Curie quant au pape, cela ne changera guère la perception générale d'une majorité de personnes qui estime que l'institution catholique ne possède qu'une très faible crédibilité en de nombreuses matières.

Cette situation conduit l'Église à une rupture quasi complète avec les sociétés postchrétiennes sécularisées. Cette lecture qui peut apparaître sévère, ne s'appuie-t-elle pas sur le constat, du moins en Occident, que fort peu de gens accordent un quelconque sérieux à l'institution catholique sur le plan du discours philosophique, religieux et maintenant éthique? Pour la très vaste majorité des Québécoises et des Québécois, le lien, plus que ténu, se limite à des rituels de passage comme l'illustre les articles de monsieur Matthieu Perreault publié dans La Presse du 16 février (Religion catholique: les Québécois indifférents et Mariages et baptêmes: des sacrements toujours importants), qui démontrent l'accélération du bénéfique et sain processus de sécularisation.

Laïcisation

Or l'institution catholique peine encore à intégrer la sécularisation. Comme l'observe Jean-Claude Ravet, rédacteur en chef de la revue Relations: «À Rome, on voit la sécularisation comme le mal du siècle. Ça pose un problème fondamental. Cette conception de la transcendance [issue du paradigme médiéval] infantilise et déresponsabilise le croyant qui tourne son regard vers le ciel et le détourne des enjeux politiques, sociaux, concrets.» (Le Devoir, 12 février 2013)

D'ailleurs, l'histoire de l'Église, incluant celle de la papauté, ne peut pas être détachée de ces enjeux engageant la survie même de l'humanité. Dans un monde de plus en plus interdépendant, l'Église catholique (qui va bien au-delà de la seule Curie), comme communauté, ne peut-elle pas encore apporter une contribution à la construction d'un monde plus solidaire, écologique et socialement juste? La condition, pour y parvenir n'est-elle toutefois pas que l'Église opère un virage important afin qu'elle s'inscrive davantage dans une spiritualité incarnée dédiée à la reconnaissance de l'égalité et de la dignité humaine? Cette reconnaissance ne se bâtit-elle pas désormais au coeur du merveilleux pluralisme culturel ainsi que spirituel tant au sein des diverses nations qu'entre les peuples?

D'ailleurs à notre époque, comme le rappelle Jean-Claude Ravet de façon fort pertinente - et j'adhère totalement à ce point de vue -, c'est notre commune humanité qui se situe au centre des enjeux par-delà les diverses spiritualités: «Ce qui nous sépare, ce n'est pas de croire ou de ne pas croire. Ce qui devrait nous séparer, c'est notre option pour l'humanité.»

Patrice Perreault

Granby

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer