Le bon travail de nos policiers doit être récompensé

Partager

La Voix de l'Est

Monsieur le maire Goulet,

J'ai pris connaissance, le 19 février dernier d'un article de notre quotidien, La Voix de l'Est, et qui a pour titre «La criminalité toujours en baisse».

Suite à une entrevue avec M. Marco Beauregard, directeur du service de police de Granby, accompagné de l'agent Guy Rousseau, la journaliste Karine Blanchard nous relate que pour une troisième année consécutive, la criminalité est toujours en baisse à Granby. M. Marco Beauregard souligne, qu'une diminution de 35,15 % a été enregistrée pour ce qui est des crimes contre la propriété. J'arrive vite à la conclusion que cette diminution exceptionnelle de 35 % est due principalement au fait que l'ensemble des policiers et des policières de la ville de Granby ont été proactifs et ils se sont concentrés, entre autres, sur la prévention du crime et des infractions de toutes sortes.

Mais, ce qui m'a le plus étonné, c'est le taux de résolution des crimes qui a été en 2011 de 54,6 % et qui est passé à 63,22 % en 2012. Donc, une augmentation de tout près de 9 % de résolution des crimes sur le territoire de la ville de Granby.

Messieurs Beauregard et Rousseau ont raison d'être fiers du service de police de Granby des résultats obtenus ces dernières années. On peut sans se tromper affirmer que le travail des patrouilleurs sur le terrain et l'acharnement pour arrêter et traduire les criminels devant la justice a donné des résultats tangibles.

Vous savez, monsieur le maire, que depuis quelques années et simplement par choix et pour le plaisir, je me déplace majoritairement en vélo l'été dans les rues Granby. L'hiver c'est la marche et l'autobus avec notre transport urbain, et je suis à même de constater le travail remarquable des policières et des policiers. (La Voix de l'Est, 1er octobre 2012, «Bravo pour les patrouilles à vélo»).

J'ai été témoin à plusieurs reprises que le service de police de Granby, en étant très près de la population, avait beaucoup plus une approche de «bon père de famille» qu'une approche de confrontation, tout en accomplissant son travail avec professionnalisme. Dans ce contexte, la qualité de vie des citoyennes et citoyens se trouve améliorées et, par ricochet, les coûts sociaux reliés aux crimes en sont diminués à court, moyen et long terme.

Je ne comprends toujours pas pourquoi, une nouvelle convention collective avec le service de police de Granby - la présente étant échue depuis la fin 2010 -, n'est pas encore signée!

À ma connaissance, les membres du conseil de ville de Granby se sont votés à même notre compte de taxes des salaires et, surtout, des conditions de travail qui font sûrement l'envie de plusieurs conseils municipaux au Québec. Je ne vois pas pourquoi notre service de police de Granby n'aurait pas droit à des conditions de travail à l'image des membres du conseil municipal de notre ville.

Je fais le souhait, monsieur le maire, que les membres du conseil municipal de ma ville prennent des décisions éclairées, tout en étant conséquents avec des décisions du passé, pour conserver et soutenir «la persévérance et la passion du travail» de notre service de police de Granby.

Merci de votre attention,

Respectueusement vôtre,

Serge Dion

Granby

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer