Une atteinte à la dignité humaine

Partager

Sur le même thème

Valère Audy
La Voix de l'Est

Les chômeurs saisonniers en ont ces jours-ci gros sur le coeur contre le gouvernement Harper qui, en plus de leur serrer la vis, se permet d'envoyer des enquêteurs jusque dans les cuisines (au lieu de les convoquer à un bureau) pour, sous prétexte de les informer, vérifier s'ils remplissent bien la paperasse et font les efforts requis pour se trouver un nouveau travail. D'où des manifestations de masse appuyées par leurs concitoyens, les centrales syndicales, des politiciens. Il y a, dans ce processus, une forte dose d'hypocrisie, une nette atteinte à la dignité humaine.

Bien sûr que l'assurance-emploi ne doit pas devenir un mode de vie, que ceux qui perdent leur emploi doivent en chercher un autre qu'ils sont aptes à remplir. Ce qui est aussi vrai pour les bénéficiaires de l'aide sociale. Parce que chacun doit faire sa part, qu'on ne saurait accepter que des citoyens se trainent les pieds et vivent alors au crochet des autres. Mais encore faut-il qu'il y en ait justement du travail, cela à une distance et à des conditions raisonnables.

Les valets de M. Harper sont à l'oeuvre, derrière un premier ministre qui soutient que des vérifications s'imposent parce que l'assurance-emploi coûte cher au Trésor fédéral. Or le fédéral ne paie pourtant que lorsqu'il y a déficit, car pour le reste, ce sont les employeurs et les travailleurs qui financent cette caisse. Mais c'est le fédéral qui fixe les règles et il lui arrive de piger dans la caisse pour établir des programmes, les financer et réduire son déficit. Un scandale de plusieurs milliards$ souvent dénoncé.

Tous les détails dans notre édition de mardi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer