Les chiens enchaînés

Partager

Sur le même thème

Les experts du comportement animal et les organismes voués à leur bien-être s'entendent tous pour affirmer qu'une vie solitaire au bout d'une chaîne est une sentence cruelle pour un chien, comparable à une sentence d'incarcération en cellule d'isolation pour un humain. Il y a lieu de se poser la question: pourquoi garder un animal «de compagnie» si ce n'est que pour le laisser enchaîné à l'extérieur?

Les chiens sont des animaux de meute. Dans la nature, les canidés vivent, mangent et dorment avec leur famille. Depuis sa domestication, le chien a été encouragé à développer de forts liens d'attachement avec ses gardiens humains. En l'absence d'autres chiens, les humains deviennent sa «meute».

Un chien, pour être équilibré, a besoin d'exercice, de soins et d'interaction sociale. Ainsi, l'isoler loin de la maison familiale est psychologiquement dommageable et contre sa nature.

D'après une étude menée en 1994 et conduite, entre autres, par deux médecins des Centres de contrôle et de prévention des maladies aux États-Unis, un chien enchaîné a 2,8 fois plus de chance d'attaquer qu'un chien libre. Il est privé d'interaction avec les humains et devient frustré, anxieux, agité et territorial. Par contre, un chien socialisé avec les humains et les autres animaux, gardé sur un terrain clôturé, est beaucoup moins susceptible de devenir une menace pour les membres de la famille, les visiteurs ou toute autre personne qui entre dans son territoire. Cet avis est partagé par l'American Humane Association, l'HSUS (Humane Society of the United States) ainsi que l'American Veterinary Medical Association (AVMA).

Plus près de nous, Carl Girard, directeur de la SPA des Cantons, nous mentionne qu'un chien enchaîné est une «bombe à retardement» qui, s'il casse sa chaîne, peut devenir une menace. Son expérience sur le terrain lui a démontré qu'un chien non socialisé avait de fortes chances de devenir dangereux, surtout avec les enfants. De plus, monsieur Girard affirme que le poids de la chaîne risque de causer des dommages au niveau cervical.

Le chien garde tout naturellement l'endroit où il vit. Si le chien est gardé à l'extérieur de la maison, il ne considérera jamais celle-ci comme l'endroit à protéger, ce qui en fait un bien piètre gardien. Il protégera sa niche et la défendra contre les intrus, le rendant ainsi dangereux envers tous ceux qui l'approchent mais inoffensif envers de potentiels voleurs. Si vous voulez que votre chien garde la maison, il faut le laisser y vivre. En outre, le chien enchaîné est plus difficile à entraîner, car il ne sent pas de lien avec son humain, ce qui le rend désintéressé à répondre aux commandes.

Un chien enchaîné manque d'exercice. Il est forcé de manger, dormir, uriner et déféquer dans un espace confiné. Il est vulnérable aux attaques des autres animaux, des passants et de la vermine. De plus, il devient la victime idéale pour les voleurs de chiens qui les revendent aux laboratoires qui testent sur les animaux ainsi qu'aux organisateurs de combats de chiens.

Lors des grands froids, le sang est drainé des extrémités afin d'être distribué dans les organes vitaux. Ainsi privées de sang, les extrémités seront exposées à de sévères engelures qui peuvent résulter en nécrose ou gangrène, et doivent être immédiatement traitées par un vétérinaire sous peine de devoir être amputées.

Aux États-Unis, le Connecticut, la Californie, le Texas et plus d'une centaine d'autres régions ont déjà banni la pratique de l'enchaînement. Alors pourquoi nos élus ne se montrent-ils pas d'avant-garde et ne créent-ils pas des lois convenables et dignes de notre époque?

Annie Choinière

Granby

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer