Ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain

Partager

Sur le même thème

La Voix de l'Est

Je me permets de vous écrire pour vous témoigner mon incompréhension de notre système politique. Les revirements continus que se permettent de faire nos dirigeants politiques me donnent des étourdissements. J'ai l'impression que seul l'intérêt aux sabotages des actions politiques rivales est au coeur de la mission de nos partis politiques.

Suite à l'annonce faite par le gouvernement Marois le 6 février dernier de procéder à l'arrêt de 6 des 7 projets de minicentrales hydroélectriques déjà prévus dans le cadre d'un précédant programme de développement énergétique, je pense important de vous transmettre mon inquiétude.

J'oeuvre dans le secteur hydroélectrique depuis 1984. J'ai participé à la réalisation de nombreux projets de minicentrales au Québec et à l'étranger. J'ai aussi contribué à la création et à l'accompagnement d'entreprises manufacturières réalisant des produits et services nécessaires à la réalisation de ces projets. Je constate aujourd'hui, que les octrois des projets de minicentrales accordés dans le milieu des années 1990, ont permis à de nombreuses entreprises d'ici, de développer et d'acquérir une expertise plus qu'enviable dans le secteur hydroélectrique, qui en 2013, rayonne ailleurs qu'au Québec.

Ces retombées ne sont pas simplement affaire d'argent, elles font partie d'un des fleurons de notre industrie québécoise. Partout, le Québec est reconnu comme une région possédant les ressources de spécialistes ayant la maîtrise et l'expertise dans la construction à l'aménagement hydroélectrique. Le territoire québécois, riche par son potentiel hydroélectrique, a servi d'incubateur à des pionniers qui laissent leur trace dans le monde.

Je demande à nos élus de faire attentions, de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain.

Nous sommes tous Québécois et cherchons à construire avec nos élus. Plutôt que d'être valorisés dans nos efforts, nous sommes bafoués par le système. Dès qu'il y a un changement de partie au pouvoir, tout peut chavirer. C'est ce qui se passe dans le dossier des minicentrales.

Mme Marois, serait-il possible de nous rassurer sur l'intégrité de notre système politique et de reconnaître que notre démocratie a sa raison d'être? Nous ne voyons dans les médias que corruption et enveloppes brunes: pourrait-on passer à autre chose?

De reculer sur des décisions ayant fait l'objet d'étude et analyse par le passé, ne fait que brouiller les cartes pour le futur. Nous ne faisons depuis des années qu'avancer puis reculer. Cela n'a rien de très positif...

Nous avons besoin que nos élus s'intéressent à des projets créateurs. Nous sommes dans un contexte d'économie mondiale précaire, et si nous ne prenons pas la place qui s'offre à nous aujourd'hui, quelqu'un d'autre la prendra. Il faut continuer de faire grandir les entreprises d'ici. De réaliser des projets qui génèrent des revenus et construisent le patrimoine pour l'avenir du Québec.

Ne mettons pas le Québec en quarantaine.

Christian Davignon

Roxton Pond

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer