Une façon de faire «ratoureuse»

Partager

La Voix de l'Est

Dans La Voix de l'Est du 7 janvier, Richard Beauregard écrivait dans sa lettre d'opinion exactement ce que je pense aussi de ma ville en ce moment.

Majorer les évaluations des maisons à ce point est immoral, car les maisons ne pourraient pas se vendre à ce prix, cela n'augmente pas véritablement la valeur de nos demeures, car pour une vente le barème de la valeur du prix de l'évaluation municipale ne joue plus rendu à ce niveau. Les gens, et j'en connais, iront acheter dans une autre ville limitrophe plutôt que de payer continuellement pour des choses extravagantes à des prix extravagants.

Faut voir certaines entourloupettes immorales effectuées par ce conseil de béni-oui-oui nous en passer une petite vite avec l'église Notre-Dame. La Ville a acheté pour 1 $ cette église qui coûte 75 000 $ par année à entretenir. À 1 $, pas besoin de consultation populaire n'est-ce pas? Et cette église a besoin de beaucoup de rénovations pour redevenir un édifice fonctionnel. Personne n'a soulevé d'objections... comme c'est triste.

Lorsque la Ville va proposer la bibliothèque dans cet endroit et demander que les citoyens se prononcent sur l'emprunt énorme que cette bibliothèque va coûter, la Ville dira: «Nous avons déjà l'église, faut la rentabiliser» et fera passer son règlement d'emprunt sur cet argument. Car, diront-ils, sinon que ferons-nous de cette ex-église? Ce fut impossible de s'opposer à cet achat à 1 $ et ça, c'est une façon de procéder que je trouve immorale. C'est très «ratoureux» en tout cas.

Surtout qu'avec les temps modernes, nous n'avons plus besoin d'une plus grande bibliothèque, car les livres électroniques offerts maintenant aux bibliothèques même ne prennent que très, très peu d'espace. Et que ceux qui préfèrent le papier sont de plus en plus rares et souvent vieillissants. Les «jeunes» de 16 à 50 ans sont «pitonneux», c'est de leur époque, c'est le progrès, ils ont ou auront bientôt tous des tablettes ou livres électroniques et prendre des millions pour une bibliothèque désuète avant d'être aménagée, ça, c'est plus que nos moyens nous le permettent. Le temps de dépenser pour ce genre de beauté est révolu. On est déjà à dépenser l'argent de la génération suivante et même sans savoir comment on va rembourser tout cela. Tous les pays du monde sont pris à la gorge, même les États-Unis qui furent longtemps un pays d'abondance.

Réveillons-nous. Ne laissons pas la Ville nous faire de telles entourloupettes. Agissons, mais agissons vite, c'est devenu très urgent.

Pauline Hamel

Granby

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer