Une ville sans dette...

Partager

Sur le même thème

La Voix de l'Est

Comme ne cesse de nous le répéter monsieur le maire de Granby et son conseil, une ville sans dette n'est pas une ville. Heureusement qu'un maire avec une philosophie différente l'a précédé. Si l'inverse s'était produit, on aurait un joli compte de taxes en ce début d'année. Des dettes, pas de problème avec ça. Mais un non-contrôle des dépenses, là, je commence à y voir une problématique.

On joue avec les chiffres et les mots. Le taux de taxation n'augmente pas, mais mon compte de taxe augmente plus vite que le coût de la vie et nos salaires. Attention! Ce ne sont pas seulement les propriétaires de maison qui en feront les frais. Les commerces, les industries et les locataires seront aussi mis à contribution.

Notre conseil fait faire des études qui résultent toujours en leur faveur. Mais dans la réalité, qu'en est-il? Il serait intéressant que Monsieur le Maire organise des séances dans les écoles et qu'il reprenne le rapport sur l'achat des terres Miner afin de voir la rentabilité qui nous avait été promise sur ce projet.

On emprunte un petit million par ici, un petit million par là... Pendant ce temps, les États-Unis foncent dans le mur et l'Europe s'enfonce sous le poids des dettes de certains pays.

Plus près de nous, des municipalités se font pointer du doigt pour leur administration plus ou moins morale. Heureusement, Granby ne fait pas partie de ce monde. Nous sommes des Gaulois, pourrait dire monsieur le maire. Il y a sûrement une étude qui pourrait prouver que nous venons d'un autre monde...

Ce qui m'a motivé à sortir ma plume, c'est l'effet combiné qu'en cette année 2013, je paierai encore un peu plus de taxes et que nous aurons le privilège d'obtenir un bloc sanitaire au centre-ville, dont les coûts sont estimés à un demi-million, s'il n'y a pas de surplus... Quand j'entends cela, j'ai vraiment l'impression de vivre sur une autre planète. Heureusement qu'on a précisé que ce coût exorbitant est dû au raccordement des égouts, sinon j'aurais pu croire que la collusion s'installait à Granby.

Je suis en accord avec la présence d'un bloc sanitaire au centre-ville, mais j'ai énormément de difficulté à croire que nous devrons payer un demi-million pour des toilettes et lavabos au centre-ville. Entre une «shed» et un bloc sanitaire à un demi-million, il n'existe rien d'autre, selon notre conseil municipal.

Monsieur le maire, j'ai emprunté 5000 $ en fin d'année. Cela m'a permis de dégager un surplus de 1000 $ dans mon budget annuel après avoir fait mes cadeaux de Noël. S'il vous plaît, cessez de rire de nous avec votre surplus de 2 millions.

Sur ce, bonne année à nos élus! Je fais le voeu que ces derniers réalisent que dans notre société, on retrouve des gens à faible revenu, à revenu moyen et d'autres plus fortunés.

Et que pour toutes ces personnes, quand les dépenses augmentent plus vite que les revenus, il y a problème.

Richard Beauregard

Retraité

Granby

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer