Croire, c'est facile, mais réfléchir, c'est plus difficile (Première partie)

Partager

Sur le même thème

La Voix de l'Est

Au fur et à mesure que les années passent, la vie et les nouvelles informations nous amènent à réfléchir sur une foule d'éléments qui jusque-là ne faisaient l'objet ni de doutes et encore moins de discussions. Cela s'est avéré dans les domaines médicaux, scientifiques, moraux, sociaux et religieux. Et aujourd'hui, nous le constatons quotidiennement, les sciences ont permis de faire des bonds en avant qui étaient inimaginables il y a à peine trente ou cinquante ou cent ans. Quel que soit notre degré de connaissance, d'indifférence, de scepticisme ou de crédulité, tout autour de nous change et progresse et rarissimes sont ceux et celles qui aimeraient vivre comme dans l'ancien temps, cultiver la terre ou être soigné selon les anciennes méthodes, communiquer ou voyager en utilisant les vieilles manières.

Dès que les premiers homo sapiens prirent conscience que leur vie avait une fin, ils commencèrent à se questionner sur l'au-delà. Ce questionnement se retrouva à travers toutes les civilisations et toutes les cultures et donna naissance à une multitude de mythes qui devinrent les fondements d'une multitude de croyances religieuses accompagnées d'une très grande variété de rituels. Dans ces mouvements religieux, se sont développées des croyances à la fois individuelles et collectives à des phantasmes issus tout droit de la tête des humains, à des hypothèses totalement impossibles à prouver, mais qui atteignent un objectif bien précis: alimenter l'espérance en répondant au questionnement perpétuel de la très grande majorité des hommes et des femmes face à la mort et à l'au-delà.

Depuis les premiers balbutiements religieux reliés à l'au-delà et aux images qu'on n'a cessé de se faire de la divinité ou des divinités, les échafaudages religieux ont reçu et reçoivent encore des accueils très diversifiés. Submergés par l'incompréhension de certains phénomènes ou par la puissance et la complexité de certains autres, aujourd'hui comme aux époques passées et durant des centaines et des milliers d'années, des peuples entiers ont été captivés par des croyances religieuses. Mais, peu à peu, cet enchantement s'est dissipé. Les croyances, les rituels et les prescriptions ont perdu de leur importance. Bien sûr, une minorité s'attache toujours aux traditions et s'acharne à perpétuer des rituels qui, très souvent, n'ont plus aucune signification pour les générations plus jeunes. Mais, la société ambiante délaisse lentement, sûrement et majoritairement cet encadrement religieux pour ne plus jamais y revenir.

Ce mouvement d'éloignement du milieu religieux est non seulement encouragé, mais amplifié par plusieurs répugnances qui habitent l'esprit des générations actuelles. Celles-ci sont allergiques à une adhésion aveugle et inconditionnelle aux propos des dirigeants des communautés de croyants. Elles sont opposées à toute forme de lavage de cerveau qui oblige à laisser son jugement et son sens critique à la porte de la salle de réunion. Elles refusent toute limite à la capacité de réfléchir. Elles sont réfractaires à toute forme d'endoctrinement et d'embrigadement. Bien sûr, croire c'est facile, mais réfléchir, c'est plus difficile.

André Beauregard

Shefford

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer