Plus de transparence, messieurs du conseil municipal

Partager

La Voix de l'Est

À la lecture des articles sur la reprise de la gestion du golf de Saint-Césaire par la Ville, j'ai plusieurs questions suite aux explications plutôt minimales et non convaincantes du conseil municipal.

Ma première question est: avant de faire un choix définitif, a-t-on bien évalué les autres options disponibles, comme la location, la gestion par un organisme sans but lucratif (OSBL), la vente du golf et aussi la fermeture temporaire jusqu'à ce qu'une meilleure solution soit trouvée? Dans l'analyse et l'évaluation d'un projet, toutes les options doivent être mises sur la table pour être éliminées selon leur non-faisabilité.

La location a débuté en 2008 parce que le bilan de l'année précédente montrait un profit presque nul après des années de décroissance. Celui-ci étant dû, entre autres, à une gestion municipale devenue lourde, rigide et des obligations incontournables en gestion de personnel. Les prévisions pour l'année suivante étaient déficitaires. La seule option à court terme était d'assurer un revenu par la location: sans masse salariale à supporter, sans gestion interne, etc. Ce choix a rapporté 300 000$ par année aux contribuables pendant 5 ans. Il faut donner le crédit au conseil de ville de l'époque, dont je faisais partie, pour cette décision au profit des citoyens. En novembre 2012, six personnes ont demandé une copie du devis. Aucune offre n'a été faite. Cela s'explique-t-il par le fait qu'une clause exigeait un loyer d'un minimum de 300 000$ par année? C'est déjà un indice que l'entente originale était acceptable. Par contre, a-t-on surévalué le marché actuel? La compétition est féroce dans ce domaine, les rabais à perte ou presque sont courants.

A-t-on également évalué la vente du golf? On sait déjà que c'est légalement faisable. A-t-on pris le temps de s'informer auprès des personnes compétentes dans le domaine de la pertinence de cette option et de sa valeur marchande? Est-ce vraiment la mission d'une ville de posséder un terrain de golf? Est-ce que dans le contexte actuel de Saint-Césaire, où d'importantes dépenses d'infrastructures sont prévues, il serait souhaitable d'avoir quelques millions en caisse? Un golf ne se déménage pas et continu à rapporter des taxes, en plus du prestige si c'est vraiment important.

Ces questions sont posées au maire et aux conseillers responsables du dossier. À eux d'y répondre en informant clairement la population des motifs justifiant leur décision. Quant à elles, les explications données dans les journaux sont loin de me rassurer. Je trouve étonnant qu'on tente de justifier un retour en arrière de cinq ans, surtout en acceptant bien facilement de dépenser 275 000$ pour la première année d'opération. Est-ce vraiment souhaitable d'avoir un autre secteur de service hautement déficitaire à Saint-Césaire? À vous de répondre, messieurs du conseil municipal, pour la clarté et la transparence. Souhaitons que le choix fait par le conseil de ville, pouvant affecter directement les citoyens, n'illustre pas tout simplement le reflet du désir de reprendre la gestion du golf à n'importe quel prix.

Serge Gendron

Saint-Césaire

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer