Nous sommes toujours en mode éducation (première partie)

Partager

Sur le même thème

La Voix de l'Est

Nous savons que le mot éducation vient du latin (ex: hors de; ducere: conduire). Le premier grand événement éducatif fut probablement le Bing Bang. L'univers, selon cette théorie, serait né suite à une explosion gigantesque. L'univers serait sorti du néant pour poursuivre sa course vers l'infini. Et selon Darwin, cet univers ne cesse d'évoluer en donnant naissance à des êtres de plus en plus complexes vivants et pensants. Et parmi ces êtres, nous connaissons Socrate, le grand éducateur et son disciple Platon. Socrate nous invite à nous connaître nous-mêmes. Il se percevait comme un accoucheur de la connaissance. Or, un accouchement est un moment de grande joie généralement précédé de grandes souffrances. Platon, quant à lui, nous invite à sortir de la caverne de notre ignorance pour nous ouvrir au soleil de la connaissance de soi, des autres et de notre environnement.

Nous vivons dans un univers en pleine évolution, perpétuellement en mode «éducation» et donc, perpétuellement en mode«accouchement» avec tous les déchirements qui accompagnent normalement ces instants. La force du Bing Bang toujours active est possiblement encore le moteur de l'évolution. Elle pousse continuellement l'Humanité à sortir de sa caverne plus ou moins obscure pour aller vers de nouveaux horizons plus lumineux.

Et nous, les êtres humains, fruits d'une évolution au cheminement tellement extraordinaire, sommes animés par cette force de l'évolution et nous concrétisons continuellement par nos efforts de dépassement cet accouchement qui nous conduit vers l'avant, le progrès, de nouvelles connaissances et de nouveaux comportements. Comme on dit en langage populaire: «On n'arrête pas le progrès». Par conséquent, rien ne peut stopper l'évolution de notre monde, mais ces multiples naissances n'arrivent jamais sans les douleurs et les déchirements de l'accouchement. Passer d'un monde connu vers un monde inconnu suscite toujours beaucoup d'appréhensions et de réticences qui se transforment parfois en une opposition féroce et souvent fanatique.

Le mouvement de l'évolution a toujours eu à combattre l'inertie de la matière et du connu. Cela s'est certainement vérifié au moment de l'apparition de la première cyanobactérie. Elle a certainement dû se sentir bien seule et bien faible dans un univers de pierres et de gaz. Et pourtant, la force de l'évolution a vaincu ces masses d'inertie. C'est une chance incroyable que cette microscopique cellule ait survécu parce que sans elle, ni les dinosaures, ni les milliards d'êtres humains ne seraient apparus sur la planète Terre.

Les forces de l'évolution sont plus fortes que toutes les forces d'inertie et cela se vérifie aussi dans le parcours de l'Humanité, parcours marqué par de formidables transformations suscitées par l'éducation, c'est-à-dire par l'accouchement de nouvelles valeurs et de nouvelles connaissances. Un certain nombre d'êtres humains à titre d'éducateurs, de prophètes et de visionnaires ont participé à sortir hors des sentiers battus et à conduire vers de nouveaux horizons eux-mêmes et leurs semblables.

Quand on jette un regard sur le passé de l'Humanité, nous sommes émerveillés par ces pas géants qui ont porté des milliers d'hommes et de femmes à s'affranchir d'un monde si conservateur et si traditionaliste. La connaissance de la grande Histoire lointaine et immédiate du parcours chaotique de l'Humanité suscite une foi sans borne dans les hommes et les femmes de notre temps et une espérance sans limites dans l'avenir de notre monde.

André Beauregard

Shefford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer