L'importance d'adopter un règlement municipal sur la visitabilité

Partager

La Voix de l'Est

Puisse la ville de Granby adopter bientôt un règlement municipal sur la visitabilité des habitations à être construites, pour ainsi encadrer les développeurs immobiliers afin qu'ils érigent en nombre suffisant des habitations sans obstacle.

La cible visée est celle d'avoir dans notre parc immobilier, d'ici 2031, 20% d'habitations visitables ou davantage accessibles. Certains pourraient croire que cette cible quantifiée en pourcentage est trop contraignante. Mais détrompez-vous! La ville de Granby a déjà un règlement qui exige des développeurs immobiliers qu'ils réservent 10% de l'aire d'un développement pour en faire un espace vert. Et la ville de Laval a déjà, depuis 1999, un règlement sur l'accessibilité universelle qui prescrit d'avoir 10% des unités de logement à la construction.

De plus, depuis le printemps 2012, le Conseil du bâtiment durable du Canada, un organisme qui réunit des scientifiques du bâtiment rigoureux et responsables dans leur pratique, a adopté l'exigence d'émettre une certification Leed par quartier que si ce dernier réunit au moins 20% d'unités résidentielles visitables. L'Ordre des Architectes du Québec appuie cette nouvelle norme Leed.

L'habitation est un déterminant de la santé. Si une demeure est mal entretenue, il y a risque d'insalubrité; si elle présente des obstacles à la mobilité, il y a risque de chutes. Or, de 30% à 50% des chutes à domicile impliquent l'environnement domiciliaire, nous disent les experts en prévention.

En 1997-1999, les chutes à domicile ont engendré autant que 76$ millions au système de santé. Aujourd'hui, avec le nombre croissant d'aînés en maintien à domicile, c'est sans doute davantage. Et, le sort de ces personnes confinées à demeure n'est pas rose, car le personnel du CLSC pour soutenir le maintien à domicile, est déjà insuffisant pour les situations de longue durée, nous dit le Protecteur du citoyen dans son rapport 2011-2012.

Un sombre pronostic s'annonce donc s'il y a encore plus d'aînés en maintien à domicile à l'avenir, et que les décideurs politiques négligent d'améliorer les milieux de vie!

En plus de coûter rien de plus à la première construction, en plus du respect envers les personnes âgées et handicapées, construire des habitations sans obstacle, est avantageux pour l'environnement. Il n'y a plus de rénovations majeures à faire au temps d'adapter un domicile, et donc pas de déchets de construction àaller porter à l'Écocentre. À noter, en 2012 en notre MRC, 65% de tous les rebuts qui y sont apportés sont des matériaux de construction, rénovation ou démolition.

Tant la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles du MDDEP, que le Plan vert de la ville de Granby pour 2012-2015 resserrent leurs exigences envers les rebuts de construction. La ville de Granby compte même les réduire à la source, c'est-à-dire de construire sans obstacle au départ, plutôt que de construire et démolir par après pour adapter.

Construire sans obstacle, c'est faire du réel développement durable, par ses coûts quasi nuls, pour son respect de tous citoyens et son respect de l'environnement. Alors, décideurs municipaux, ne faites pas juste reviser votre règlement sur les rebuts de construction, mais encore soyez cohérents, adoptez un règlement sur la visitabilité des nouvelles habitations!

Luce S. Bérard

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer