Hommage à Rollande Daudelin

Partager

La Voix de l'Est

Madame Rollande Daudelin, directrice des communications et directrice des programmes de santé publique, Centre de santé et de services sociaux de la Haute-Yamaska (CSSSHY)

Bonjour Madame Daudelin,

La retraite bien méritée après plus de 35 ans à promouvoir la santé au CSSS de la Haute-Yamaska.

En me référant au reportage de la journaliste Chantal Vallée dans La Voix de l'Est du 10 novembre, je constate avec un pincement au coeur que d'ici quelques jours, vous allez prendre votre retraite.

Mes recherches m'ont permis d'en apprendre un peu plus sur vous. Native de Saint-Hyacinthe, votre carrière a débuté en service social dans un emploi d'été en sol maskoutain. Peu de temps après, vous avez accepté un emploi de travailleuse sociale à Granby et par le fait même, vous avez choisi notre belle ville comme terre d'accueil pour poursuivre votre carrière professionnelle et votre vie personnelle.

Je me souviens très bien, en janvier 2008, le conseil d'administration de notre CSSS cherchait un membre du CA pour siéger comme président du comité Famille - enfance - jeunesse. Aucun membre du conseil d'administration à ce moment-là n'avait de disponibilité pour siéger à ce comité dont vous étiez la directrice.

Quelques membres du CA, sachant que j'étais déjà membre de plusieurs comités à notre CSSS, ont lancé à la blague: «on va nommer M. Dion!». Après un peu d'hésitation, j'ai accepté, à la surprise générale!

À la fin de la rencontre du conseil d'administration, j'ai réalisé que je n'avais pas d'expertise dans le domaine de ce nouveau comité Famille - enfance - jeunesse.

J'avais toujours travaillé bénévolement à l'hôpital Honoré Mercier de Saint-Hyacinthe et dans le milieu des Centres d'hébergement (CHSLD) à Granby.

Je vous ai communiqué, Mme Daudelin, le gros défi que j'avais à relever. Vous m'avez rassuré et vous m'avez fait rencontrer individuellement les trois chefs de programme, qui m'ont expliqué leur rôle respectif. Dans un deuxième temps, vous m'avez remis beaucoup de documentation en rapport avec tout ce qui touchait la famille, la petite enfance et la jeunesse, dont le projet Équipe d'intervention jeunesse (ÉIJ).

J'ai eu un deuxième défi de taille, celui de président du comité de coordination du Réseau local Services jeunes et famille de la Haute-Yamaska. Il y avait plus d'une trentaine de groupes communautaires. Encore là, vous m'avez aidé à me documenter pour saisir le rôle de chaque organisme. Étant bien outillé, j'étais plus à l'aise pour jouer mon rôle de président. Comme bonne pédagogue, vous avez tout fait pour me donner de l'assurance.

Je me souviens aussi que l'Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie avait octroyé une enveloppe budgétaire de plus de 20 000$ pour venir en aide à un organisme communautaire en lien avant les familles. Il n'était pas possible de fractionner l'enveloppe entre plusieurs organismes. Vous avez lancé le projet à l'ensemble des organismes communautaires admissibles. Vous aviez reçu la candidature de trois organismes intéressés à promouvoir les services reliés à cette importante enveloppe budgétaire.

On vous avait rapporté que si on remettait l'enveloppe budgétaire à l'un des trois organismes, du mécontentement était à prévoir. Alors, j'ai demandé que nous rencontrions ensemble les trois organismes communautaires.

Bien que ce ne soit pas la façon habituelle de procéder, vous m'avez dit: «On vous a nommé comme président de ce comité, eh bien, c'est à vous que revient la décision, M. Dion».

Nous avons ainsi rencontré ensemble les trois organismes en question et je vous ai demandé de lire attentivement les critères de sélection. Après un bref échange, deux représentants des organismes ont choisi le troisième organisme. Vous vous souvenez sans doute, Mme Daudelin, que tous les représentants étaient satisfaits à la sortie de la rencontre et que nous avons eu droit à des accolades de ces derniers.

À l'automne 2007, à la suite d'un cri d'alarme de 10 diététistes avec l'appui du comité exécutif du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP), vous devez certainement vous souvenir de la saga de la malbouffe à la cafétéria de l'hôpital de Granby. Grâce à mon bon ami et administrateur du conseil d'administration du CSSSHY, M. Guy Vincent, vous avez été à ma connaissance une de celles qui nous ont appuyés dans notre démarche ayant pour but de retirer toute friture à la cafétéria.

Tout ceci pour confirmer que vous avez toujours su mettre en valeur toutes les personnes qui vous ont côtoyée. J'ai été témoin à plusieurs reprises à vos bureaux sur la rue Notre-Dame que vos employés vous estimaient. À juste titre: toujours un petit mot gentil à gauche et à droite. Vous étiez reconnue pour avoir une rigueur administrative et vous exigiez du travail bien fait et en même temps, j'ai toujours senti une complicité et une solidarité entre tous les employés sous votre gouverne.

Vous êtes sans doute au courant que le père de l'assurance maladie, M. Claude Castonguay, qui dit aujourd'hui ne plus reconnaître son enfant, a lancé le 5 novembre dernier son livre L'heure des choix. M. Castonguay mise surtout sur les soins de première ligne et les soins à domicile. De plus, il est catégorique, le domaine de la santé n'a pas besoin d'argent neuf pour répondre aux besoins des usagers du système. Les propos de M. Castonguay sont très justes, mais pour ma part, trop théoriques. Après plus de 35 ans comme travailleuse sociale et en plus ayant occupé des fonctions de gestionnaire à plusieurs niveaux, Madame Daudelin, votre apport à son livre aurait permis de bonifier l'aspect «terrain», c'est-à-dire tout le vécu que vous avez connu quotidiennement depuis toutes ces années.

Il me fait plaisir de vous offrir le livre de monsieur Claude CastonguayL'heure des choix. Si le temps vous le permet, j'aimerais bien connaître vos commentaires et permettre de l'enrichir par votre expérience personnelle en y apposant quelques commentaires en marge des pages de ce livre. De plus, s'il y a lieu, faire un court mémoire sur la façon dont vous entrevoyez le domaine de la santé à court, moyen et long terme au Québec. Pour ma part, ça représenterait un héritage tangible à laisser à l'ensemble de nos représentants politiques.

J'aimerais bien prendre connaissance de vos commentaires avec un ancien membre de la première décennie du conseil d'administration de notre CLSC, Mme Clarisse Lambert, ma voisine de palier, autour d'une bonne bouteille de champagne pour saluer l'arrivée de la nouvelle année et vous exprimer toute notre reconnaissance pour toutes ces années au service des usagers du CSSS de la Haute-Yamaska.

Merci Mme Daudelin «d'avoir ajouté de la valeur à la vie des autres» et également merci d'avoir choisi Granby comme terre d'accueil!

Cordialement vôtre,

Serge Dion,

ex-président du comité de coordination du Réseau local de Services Jeunes et familles de la Haute-Yamaska.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer