Un rapport tabletté ... par la population? (2e partie)

Partager

La Voix de l'Est

Pour le futur, le rapport sur la situation financière de la Ville de Granby analyse trois scénarios, soit un avec des emprunts annuels de 12 M$, un deuxième avec des emprunts annuels de 20 M$ et un dernier avec aucun emprunt.

Voici trois commentaires de nos experts, un pour chacun des scénarios:

Emprunt de 20 M$/an (p. 46): «Ce scénario génère une insuffisance de revenus de 4,1 M$ sur la période»

Aucun emprunt (p. 48): «Ce scénario ne permet pas de faire des investissements autres que les infrastructures souterraines afin d'atteindre les exigences du programme de subvention»

Emprunt de 12 M$/an (p. 52): «Le maintien de la stratégie de gel du taux de taxes entraîne une insuffisance de revenus à partir de 2015 et celle-ci s'amplifie par la suite pour atteindre 3,8 M$ en 2017. Bien que le scénario dégage 3,1 M$ sur la période, ce montant sera insuffisant pour couvrir le manque à gagner de la dernière année du dépôt de rôle (2018).»

Bref, peu importe le scénario, nous allons manquer de revenus pour faire nos investissements et une augmentation du taux de taxes sera nécessaire. Notez qu'on tient compte de l'augmentation des revenus de taxes causée par l'inflation, l'augmentation des évaluations et de l'agrandissement de la Ville dans tous ces scénarios. Malgré tout ça, il faudra tout de même augmenter le taux de taxes à un moment donné. Pour le scénario retenu par le comité (emprunt de 12 M$/an), cela devrait se produire vers 2018, soit 11 ans après notre premier emprunt en 2007.

Je considère que cette augmentation nécessaire du taux de taxes est directement reliée à notre endettement, car c'est exactement ce que j'avais prévu dans mes calculs présentés il y a déjà 3 ans: lorsqu'on commence à faire des emprunts annuels sur 15 ans, les revenus deviennent insuffisants dès la 11e année.

Équité intergénérationnelle

Mon seul bémol pour ce rapport concerne les commentaires de nos experts à propos de l'équité intergénérationnelle. On y mentionne (p. 31): «L'endettement est un moyen de favoriser l'équité intergénérationnelle, car il permet de faire des investissements nécessaires aujourd'hui et de répartir le coût sur une durée semblable à la durée de vie de l'investissement.»

Or, ce commentaire est apporté de façon gratuite dans ce rapport. Il n'y aucune analyse comparative, aucune référence vers d'autres études. On nous présente ça comme étant une évidence absolue. Pourtant, malgré cette affirmation, on soutiendra ailleurs dans le rapport que les emprunts seront faits sur des périodes de 15 ans, alors que l'on sait que les infrastructures d'égouts et d'aqueduc durent facilement 40 ans. Pourquoi ne préconise-t-on pas des termes de 40 ans pour une répartition plus équitable entre les générations? La réponse, nous la connaissons tous: ça coûte trop cher d'intérêts. Mais pourquoi 15 ans est-il un bon compromis? Pire encore, il semblerait qu'il est équitable que certaines immobilisations soient payées comptant. Pourquoi? Encore une fois, aucune étude ou analyse pour supporter ces conclusions.

À la suite de cette analyse, j'espère que d'autres personnes ou organismes partageront leur propre analyse du rapport, du comité de gestion de la dette, des propos de nos conseillers ou de la direction que semble vouloir prendre notre conseil. Prochainement, nous aurons droit au dernier budget de ce conseil avant les élections. Assurons-nous que le conseil comprenne bien la volonté des citoyens qu'il représente.

Denny O'Breham

Granby

Abonnez-vous à La Voix de l'Est

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer