Noël aux multiples facettes : V - Traditions populaires (suite)

Le personnage du père Noël est un mélange... (123RF)

Agrandir

Le personnage du père Noël est un mélange fascinant du saint évêque Nicolas, de l'Enfant Jésus, du père Noël britannique (Father Christmas), du Bonhomme Noël allemand (Weihnachtsmann) et des dieux Thor ou Jul de la mythologie nordique.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Durand
La Voix de l'Est

Parmi toutes les traditions et fêtes populaires entourant Noël, on ne peut passer sous silence deux personnages: Saint Nicolas et le père Noël.

Saint Nicolas

Évêque de Myre, à la fin du IIIe siècle, dans le sud de l'actuelle Turquie, saint Nicolas a été emprisonné et martyrisé lors d'une persécution contre les chrétiens. Sur sa tombe, on construisit une église. On lui attribue de nombreux miracles. Son culte se répandit surtout en Lorraine et autres pays du nord de l'Europe au XIe siècle, puis en Grèce, et finalement en Russie dont deux tsars portent son nom au XIXe et début du XXe siècle.

De multiples légendes le concernent. Selon l'une d'elles, il aurait ressuscité trois écoliers dépecés par le boucher sanguinaire qui les hébergeait. Une autre raconte qu'il aurait lancé dans une maison, par la fenêtre, trois sacs d'or à trois jeunes filles pour les sauver de la prostitution à laquelle leur pauvre père les destinait. Une autre fois, il aurait multiplié le blé qu'il avait demandé à des marins de distribuer à la population affamée. Une autre fois encore, il aurait sauvé de la mort des naufragés qui l'avaient invoqué. La légende raconte enfin qu'il avait l'habitude de faire des cadeaux en secret.

Sa fête est célébrée le 6 décembre. Selon une tradition populaire, cet évêque pourvu d'une longue barbe et de cheveux blancs visitait les maisons, vêtu de sa tenue épiscopale (aube, crosse et mitre) et portant sur son dos une hotte remplie de cadeaux. Saint Nicolas interrogeait les enfants sur leurs comportements, leur faisait éventuellement des remontrances, mais aussi les encourageait à se préparer pour la venue du Seigneur la nuit de Noël. Aux enfants sages, il distribuait de petits cadeaux: friandises, noix, fruits et jouets. Parfois, la visite de saint Nicolas se faisait en secret, la nuit; et au matin, les enfants trouvaient leurs chaussures remplies de présents. Cette coutume est encore fêtée le 6 décembre dans certaines régions comme l'Alsace et la Lorraine en France, la Bavière en Allemagne. Dans certains pays, saint Nicolas est vénéré comme le patron des enfants, des écoliers et des marins.

Au lendemain de la Réforme protestante, la vénération des saints fut abolie dans la plupart des pays protestants; les traditions qui y étaient associées le furent également. Mais les protestants hollandais conservèrent cette tradition d'une visite de saint Nicolas (Sinter Klaas) le soir du 5 décembre. Ils l'importèrent en Amérique avec quelques changements: la visite secrète avec les cadeaux fut reportée la veille de Noël; Nicolas fut remplacé - sauf en ce qui concerne le nom, Santa Claus - par un autre personnage, le père Noël.

Le père Noël

Le personnage du père Noël est un mélange fascinant du saint évêque Nicolas, de l'Enfant Jésus, du père Noël britannique (Father Christmas), du Bonhomme Noël allemand (Weihnachtsmann) et des dieux Thor ou Jul de la mythologie nordique. Les couleurs rouge et blanc, par exemple, sont à la fois celles des vêtements de saint Nicolas et du dieu scandinave Thor. Les noms divers renvoient parfois à des personnages différents, d'autres fois, au même personnage représenté sous différentes facettes.

En France, le père Noël est connu depuis très longtemps dans certaines régions. Dans cette vieille chanson populaire encore connue Petit papa Noël, quand tu descendras du ciel, on ne sait pas si le papa Noël désigne Jésus ou une autre personne. L'après-Révolution française a inventé l'éphémère Bonhomme Janvier. Généralement, encore au XVIIIe siècle, le père Noël conserve un air de parenté avec Saint Nicolas, dépouillé de ses signes religieux les plus voyants: il habite le Grand Nord, il est doté d'un traîneau tiré par des rennes, il effectue ses visites par les cheminées ou les portes, il laisse des cadeaux.

Ailleurs, les figures chrétiennes sont remplacées par d'anciens symboles germaniques. C'est le retour des fées, des elfes et du vieil homme de Noël (Weihnachtsmann) qui distribue, en traîneau, des sapins décorés de cadeaux. Ou encore, un nain vieux et barbu, coiffé d'un bonnet rouge, devient le donateur de cadeaux le soir du 25 décembre.

Mais tout cela n'est pas encore notre père Noël... Le personnage actuel fut plutôt modelé aux États-Unis. Divers auteurs y contribuèrent. En particulier un jeune écrivain new-yorkais, Washington Irving, dans un livre publié en 1809. Mais c'est surtout au caricaturiste Thomas Nast, en 1863, que l'on doit le joyeux vieillard à la barbe blanche, avec la tuque et le costume rouges bordés de fourrure blanche, pantalon bouffant et large ceinture de cuir qu'on lui connaît. Celui-ci est récupéré par la compagnie Coca-Cola en 1931 qui le popularise pour faire mousser la publicité de sa célèbre boisson. Il s'impose alors partout dans le monde.

Dans le Québec ancien, Saint Nicolas n'a jamais été populaire: c'est l'Enfant Jésus qui apportait les cadeaux. Toutefois, précédés par la communauté anglophone de Montréal, influencés par la mode états-unienne, les Canadiens français finirent par adopter Santa Claus. Il faudra cependant plusieurs années, soit vers 1940, pour que Santa Claus prenne un nom français et devienne le père Noël.

(Inspiré de son livre Fêtes, traditions et symboles chrétiens. Pour comprendre la culture québécoise, Fides, 2014.)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer