Fiers comme des paons

Dans mes premières années comme journaliste à La Voix de l'Est, je... (La Voix de l'Est)

Agrandir

La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

Dans mes premières années comme journaliste à La Voix de l'Est, je couvrais le domaine de l'éducation. Si on élimine les longues et pénibles assemblées de commissaires et la douloureuse période des états financiers, j'adorais mon beat.

Au cours de ces années, j'ai, bien sûr, fait le tour de plusieurs établissements scolaires des commissions scolaires du Val-des-Cerfs, des Hautes-Rivières et Eastern Townships. Des endroits qui représentent tous des mers de sujets.

C'est à cette période que j'ai découvert le Programme d'Éducation Internationale (PÉI), alors offert à l'école secondaire Jean-Jacques-Bertrand de Farnham. Une approche éducative qui met l'accent sur l'apprentissage par projets, sur l'ouverture sur le monde, sur la découverte d'une troisième langue et sur l'importance du bénévolat.

C'est en 2002 que j'ai commencé à écrire sur la future implantation du PÉI à Granby. La première cohorte a fait son entrée à l'école secondaire l'Envolée à l'automne 2003. Les élèves se préparaient à faire leur première et leur deuxième secondaire. Le reste de leur processus, ils allaient le poursuivre à la J.-H.-Leclerc. Je me souviens m'être alors dit que si un jour j'avais des enfants, j'allais considérer cette alternative, moi, une jeune fille qui avait fait tout son secondaire - dans le plus grand bonheur - au privé.

•••

Une enveloppe brune arborant le logo de l'école secondaire l'Envolée et adressée à notre grande nous attendait sur le meuble d'entrée lundi soir. Excitées comme des puces, mes deux filles, ma belle-mère et moi avons fait durer le plaisir jusqu'à l'arrivée de mon chum, en s'échangeant l'enveloppe toujours cachetée comme si c'était une patate chaude.

Oui, Poupou fera son entrée au secondaire l'automne prochain!

Après sa visite des écoles publiques et privées de Granby, elle a décidé de tenter sa chance au PÉI. Il y a un mois, elle est sortie de l'examen d'admission confiante et le coeur léger. Depuis, nous attendions.

La réponse se trouvait là, dans cette enveloppe faite de papier recyclé à 100%. Une scène qui m'a ramenée 20 ans en arrière. Après des études infructueuses à l'Université de Montréal, j'ai décidé de me réorienter et de tenter ma chance en communications à l'UQAM.

J'ai fait une demande dans une seule université. Point.

Vous dire à quel point j'attendais ma réponse avec impatience, même si je ne savais pas trop où tout cela allait me mener...

Un jour, mon père s'est pointé à mon travail avec en main la fameuse réponse. J'ai pensé perdre connaissance en prenant l'enveloppe. Ce qu'elle contenait allait jouer sur mon avenir.

Où serais-je aujourd'hui si le programme en journalisme écrit m'avait gentiment refusé l'accès ce jour-là?

Je pensais à tout ça en voyant ma grande trépigner d'impatience entre le salon et la cuisine. Je sais, on ne parle que de ses études secondaires, mais cela représente quand même une étape importante dans sa vie. Elle a mis les efforts nécessaires pour atteindre le but qu'elle s'était fixé.

«Nous avons le plaisir de t'annoncer que nous t'attendons l'année prochaine...»

•••

À la seconde où on devient parents, on apprend véritablement et instantanément ce qu'est l'amour inconditionnel... et l'inquiétude! À travers les expériences que nos enfants nous font vivre, on découvre aussi la fierté.

Lundi soir, nous étions fiers de notre fille. De vrais paons!

Imaginez-moi le jour elle va nous annoncer la venue de son premier enfant.

Va falloir m'enfermer!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer