La génération de la dernière chance

Justin Trudeau... (Photo archives Le Droit)

Agrandir

Justin Trudeau

Photo archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Nous sommes la première génération à constater les changements climatiques, et nous sommes la dernière génération qui peut faire quelque chose à ce sujet.»

C'est le sombre avertissement qu'a lancé le président américain Barack Obama hier, à l'ouverture de la Conférence de Paris. Le président français François Hollande avait tenu plus tôt des propos tout aussi dramatiques. «Les bons sentiments et les déclarations d'intention ne suffiront pas. Sur vos épaules repose l'espoir de toute l'humanité».

Il est trop tôt pour prédire quel genre d'accord sortira de cette conférence. Le mot le plus fréquemment utilisé dans les discours est qu'il devra être «contraignant». Mais peu importe la force de cette contrainte, les discours d'ouverture des chefs d'État et de gouvernement ont été tellement alarmistes qu'ils se sont donné collectivement une obligation de résultats. Somme toute, c'était une bonne idée qu'ont eue les Français d'inviter les leaders mondiaux au début de la conférence, au lieu d'attendre à la fin comme cela se fait habituellement. Les négociateurs devront tenir compte de la volonté politique exprimée.

Où se situe le Canada dans cet objectif planétaire? Difficile à dire, parce que le gouvernement de Justin Trudeau est arrivé à Paris sans nouvel objectif national autre que celui de Stephen Harper. Hier, M. Trudeau a tenu une conférence de presse entouré des premiers ministres de cinq provinces: le Québec, l'Ontario, la Colombie-Britannique, l'Alberta et la Saskatchewan. Leur présence à ses côtés visait à démontrer la détermination de son nouveau gouvernement. «Le Canada est de retour», a-t-il lancé. Mais tout aussi louable soit-elle, sa décision d'impliquer ses homologues provinciaux peut paralyser ou ralentir sérieusement le processus décisionnel. Elle peut également donner l'impression que le gouvernement ne sait pas où il s'en va sur cette question. Hier, les journalistes qui l'accompagnent à Paris lui ont demandé à trois reprises combien de temps il lui faudrait pour dévoiler son plan et définir ses cibles de réduction. Il est demeuré vague. Dans son discours, il a parlé «des mois à venir».

Cette situation est d'autant plus inconfortable que ses critiques comme Thomas Mulcair, qu'il avait invités dans la délégation canadienne, se sont empressés de la dénoncer. Le chef du NPD a dit apprécier la place accordée aux provinces, mais il a rappelé que c'est le gouvernement fédéral qui signera l'accord de Paris. «Il est bon que le fédéral n'essaie pas de dicter une méthode unique, mais ce n'est pas une responsabilité qu'on peut donner en impartition aux provinces.» M. Mulcair estime que si le système du gouvernement fédéral n'est pas «fermé», il y a un danger de voir certaines provinces marauder des entreprises chez leurs voisines, en faisant valoir qu'elles sont moins exigeantes en matières environnementales.

Le premier ministre Couillard a également confirmé, en fin de journée, que l'optimisme du Canada ne signifiait pas qu'une entente avec les provinces serait à portée de main. Il a dit douter que le travail soit complété dans trois mois pour les cibles à atteindre. «Il est possible qu'on doive recommencer beaucoup le travail parce qu'on n'a jamais été consultés sur l'établissement des cibles qui ont été envoyées ici à la COP21. Je pense qu'au moins on devrait s'entendre sur la marche à suivre, les méthodes de calcul également, et esquisser d'abord les premiers éléments de contributions relatives des régions les unes par rapport aux autres. Mais je vous le dis, ce ne sera pas un débat facile.»

On l'a vu hier, la communauté internationale ne nie plus l'existence du réchauffement climatique. M. Trudeau a insisté sur les nouvelles opportunités de ce constat pour les pays et les entreprises qui voudront bien relever ce défi. Mais les discussions sur les mesures à prendre n'en seront pas moins très difficiles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer