Imaginez s'il était minoritaire...

Justin Trudeau doit planifier rapidement ses premières sorties... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau doit planifier rapidement ses premières sorties sur la scène internationale: le G-20 en Turquie le 15 novembre, suivi du Sommet pour la coopération Asie-Pacifique.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Le Soleil) La pire chose qui aurait pu survenir lundi soir pour Justin Trudeau aurait été l'élection d'un gouvernement minoritaire. La tâche qui l'attend est énorme. La formation du cabinet est une chose, la préparation du Discours du Trône en est une autre. Mais c'est de la routine pour son équipe de transition qui a vu venir le coup dans les derniers milles de la campagne.

M. Trudeau doit planifier rapidement ses premières sorties sur la scène internationale: le G-20 en Turquie le 15 novembre, suivi du Sommet pour la coopération Asie-Pacifique. Il doit également organiser, avec les provinces, la présence canadienne à la conférence de Paris sur les changements climatiques au début de décembre. Cette première rencontre avec ses homologues provinciaux lui permettra de mesure l'ampleur des demandes à venir de ce côté, notamment autour de l'épineuse question des transferts fédéraux et des paiements de péréquation. La préparation du prochain budget fédéral devra débuter dès le mois de novembre, dans un climat économique incertain. Les controverses politiques entourant les projets comme Énergie-est reprendront de plus belle et commanderont des décisions rapides pour rassurer autant l'industrie que les environnementalistes. Et puis il faudra bien qu'il se prononce sur le projet de déversement des eaux usées de la ville de Montréal, et qu'il annonce une décision sur le projet de péage sur le pont Champlain.

Il y en aura plein des questions de ce genre, d'un océan à l'autre. Dernier détail, et non le moindre: M. Trudeau devra s'assurer que ses nouveaux députés sans expérience ne le mettront dans l'embarras avec des prises de position gênantes.

Heureusement pour lui, il a obtenu une majorité de sièges. Les conservateurs, le NPD et le Bloc seront occupés à choisir leurs nouveaux leaders pendant la première année. Il aura le temps de faire l'apprentissage de ses nouvelles fonctions, mais il n'aura plus le temps d'aller serrer des mains à la sortie du métro.

Duceppe a tenu le fort

Gilles Duceppe accepterait sans doute, s'il était plus jeune, de faire mentir Philippe Couillard et de rebâtir le Bloc québécois. Mais ce travail de reconstruction, s'il est possible, prendra plusieurs années et commandera les énergies d'une jeunesse enthousiaste. Or, Gilles Duceppe a 68 ans et il n'a donné aucun signe, hier, de vouloir assumer un tel mandat. Contrairement à son humiliante défaite de 2011, le chef du Bloc n'a pas échoué cette fois. Il a redonné une présence à son parti pendant la campagne électorale. Il a tenu le fort et il a doublé la représentation souverainiste au Parlement d'Ottawa.

Duceppe a fait son bout de chemin et il peut partir la tête haute. Il appartient maintenant aux 10 élus du Bloc québécois de prendre la relève. Ils ont quatre ans pour le faire. Et d'ici là, c'est aux péquistes et à Pierre-Karl Péladeau qu'il incombe de démontrer, d'ici les élections québécoises de 2018, que la souveraineté demeure un objectif réaliste.

Mulcair, le coupable...

Si Thomas Mulcair avait gagné, tout le monde vanterait ses qualités de stratèges. Mais il a perdu. Hier matin, sa députée de Québec, Annick Papillon, a déclaré sur les ondes de Radio-Canada «qu'il aurait pu mieux faire», et ajouté par contre qu'elle était fière du travail «qu'elle» avait accompli!

C'est ingrat la politique, surtout quand ce genre de reproche vient de députés qui se sont démarqués par leur silence pendant quatre ans. La seule sortie remarquée de Mme Papillon a été une dénonciation de Régis Labeaume, en 2011, parce qu'il ne l'avait pas invitée à la visite du Prince William et de Kate Middleton à Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer