Je reviendrai à Montréal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bernard Demers
La Voix de l'Est

Depuis que Charlebois a écrit cette chanson, je l'ai toujours en tête au moment du retour.

Quel que soit l'avion, quel que soit le point de départ, le point d'arrivée est finalement Montréal, où je reviens. Et j'ai le sentiment de retrouver quelque chose d'infiniment important, sans pouvoir le dire autrement qu'au travers les aurores boréales, la clarté des ciels d'hiver ou le bruit de la rivière qui traverse mes terres.

J'ai connu des retours mémorables, après des évènements tragiques. J'ai connu davantage de retours rapides et paisibles. Mais, quelles qu'en soient la nature et les circonstances, ils m'ont tous ému. Je me souviens encore d'un de ces vols de retour d'Haïti, dans les mois qui ont suivi le tremblement de terre, où le pilote nous a signalé que nous venions d'arriver en ciel canadien et nous a souhaité à tous un bon retour à la maison. Je me souviens de ce retour du Laos, après plus de trente-six heures de vol et de correspondance, où on m'a fait attendre pour le dernier vol, celui entre Toronto et Montréal, alors que je n'en pouvais plus de fatigue et de décalage horaire. Je me souviens de ce vol de rapatriement dans un Hercule de l'armée canadienne avec le pilote qui nous dit, après l'atterrissage, «Merci d'avoir volé avec les Forces armées du Canada» montrant par là qu'il y a des militaires pinces sans rire.

Mais je suis devenu superstitieux, ou réaliste. Tant que le retour n'est pas complété, tant que mes deux pieds ne sont pas dans l'aérogare de Montréal, je n'en parle pas. Ainsi j'écris ce texte au Congo, à Brazzaville. Mais je ne l'enverrai pas, je ne le finirai pas, pas tant que je n'aurai pas regagné Montréal, puis Béthanie, tant que je n'aurai pas retrouvé mes traces et mes repères. Bref, tant que je n'aurai pas la certitude d'être revenu.

Je vais prendre des vacances, y compris de l'écriture de ces courts papiers que j'envoie à La Voix de l'Est depuis un an. Je recommencerai probablement à l'automne, si la rédaction veut bien encore de moi, et sur un tout autre sujet. Ceci étant, ce qui est plus certain encore, c'est qu'une fois mes pieds ancrés sur le sol de ma terre, une fois que mes mains auront touché mes arbres et tâté les murs de ma maison, je commencerai à me préparer à partir, encore et ailleurs. Ne serait-ce que pour connaître à nouveau la joie du retour.

Mais là, tout de suite, je suis revenu à Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer