Les grandes messes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Bernard Desmers
La Voix de l'Est

Pour les grandes messes (les grands-messes comme on le dit plus souvent par chez nous), on se prépare à l'avance, on s'habille chic, on est «baigné, poudré» selon une expression haïtienne que j'aime bien. Une fois rendu, on regarde qui est là et aussi qui n'est pas là et on parade, plus attentif à se faire voir et entendre qu'à regarder et écouter.

J'en ai connu de ces grands-messes dans ma vie. Je ne parle pas de celles de Noël, la grande suivie de deux petites auxquelles nous assistions vraiment à minuit, au tout début de la journée du 25 décembre. Je fais plutôt ici allusion aux grands-messes professionnelles à ces cérémonies ou ces rencontres obligatoires, où il faut être aujourd'hui comme il fallait être à l'église le dimanche dans les années cinquante. Depuis mes réceptions de prix jusqu'aux dîners de clôture de congrès internationaux, en passant par les collations des grades ou les soirées de levée de fonds politiques ou charitables, j'ai dû en vivre un peu plus d'un demi-millier. Et cela, c'est sans compter celles qui avaient davantage de sens, celles qui consistaient en grande activité de rapportage, comme ma soutenance de thèse ou les conférences à prononcer. De celles-là j'en vis encore, dont une la semaine dernière que j'ai organisée. Des autres, il y en a eu une toute récente, à laquelle je n'ai pas pu assister.

Quand on intervient en international, le but du travail n'est pas de faire, ce qui serait bien souvent assez facile, mais d'amener les partenaires à faire. Le seul moyen en effet qu'une intervention soit durable, c'est de la faire porter, puis maintenir, par les gens du milieu. C'est normalement vrai pour une intervention chez nous (mais trop souvent oublié) et c'est indispensable pour une intervention dans un pays en développement ou un pays émergent. Autrement dit, pour que l'intervention soit efficace, il faut donner le plus de mérite possible aux acteurs locaux et travailler sans que cela paraisse trop. Et pour cela il faut convaincre et faire en sorte que nos grands constats soient partagés et acceptés. D'où l'utilité d'une grand-messe où plein de gens pourront venir écouter et échanger, mais aussi, parader.

C'est là le risque des grands-messes. De la même manière qu'à la messe de minuit il y avait parfois plus de gens pour montrer leur linge que pour prier, nos grands-messes peuvent se limiter à de la parade et à de la fanfare sans que personne n'y réfléchisse et en retire quelque chose. Je crois avoir réussi, pour ma grand-messe ici à Brazzaville, à faire en sorte que chacun en sorte mieux équipé pour le travail et les changements à venir; cela demande de faire des concessions pour que chacun puisse montrer son linge tout en restant exigeant sur le fond de la démarche, un peu comme ces vieux curés qui n'avaient pas peur de rappeler à leurs ouailles le sens de la messe quand ils les voyaient trop frivoles. Alors que dans le cas de l'autre grand-messe, celle où je n'ai pu aller, on peut se demander si le prêtre qui officie est même vraiment un prêtre quand on sait qu'il n'est jamais allé ni à messe ni à confesse toutes les années précédentes. Difficile alors de montrer autre chose que du beau linge.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer