Un rapport dépourvu de sensibilité

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Valère Audy
La Voix de l'Est

Que l'Union des municipalités du Québec (UMQ), l'Union des producteurs agricoles (UPA) et les organismes concernés rejettent en bloc les propositions du Comité de révision des programmes gouvernementaux que préside l'ex-ministre Lucienne Robillard ne surprend pas. Car c'est de 1,3 milliard$ qu'on propose de réduire les transferts aux municipalités et un manque à gagner de 300$ millions qu'on fait craindre à l'UPA, surtout en soutien à la stabilisation des prix. Un remède de cheval à avaler pour des municipalités auxquelles le gouvernement refile de plus en plus de responsabilités et pour le monde agricole qui se voit confronté à la concurrence découlant d'accords de libre-échange avec les Américains et les Européens chez qui, affirme-t-on, l'agriculture est davantage subventionnée.

Reste que les coupes énumérées dans ce rapport dépourvu de sensibilité ne sont que des propositions que le gouvernement n'est pas tenu d'appliquer en totalité et que le comité passera d'autres programmes au peigne fin, l'objectif étant d'identifier des pistes à emprunter pour réduire les dépenses du Québec d'au moins 3 milliards$ afin d'équilibrer les finances publiques. Et, peut-être aussi, de faire le ménage dans ces programmes dont on ne connaît même pas le nombre exact et où il y a sans doute chevauchement. Imaginez ce que ce sera quand viendra l'examen et les propositions en matière de santé et d'éducation qui sont, avec le service de la dette, les trois plus gros postes budgétaires de l'État québécois.

Le gouvernement a pris, concernant les frais de garderie, une décision vertement critiquée par des gens et des organismes qui l'accusent d'improvisation et d'insensibilité au détriment des femmes et des enfants. Les syndicats haussent aussi la voix contre cette mesure et les autres d'austérité à venir. Une présidente de centrale syndicale va jusqu'à dire qu'il ne faut pas couper, mais plutôt augmenter les fonds de 5 à 6% en santé et en éducation. Les porte-parole du PQ, de la CAQ et de QS s'en prennent au gouvernement qu'ils accusent de mal faire, le qualifiant pratiquement de démolisseur en plus de lui reprocher de trahir ses promesses, bref, d'avoir menti à la population.

Là-dessus, les politiciens de l'opposition n'ont pas de leçons à donner. Car il leur arrive à eux aussi de se dédire, de trahir leurs engagements. Ils ne manquent pas de prétextes à l'appui de leurs gestes. Leurs positions sont du reste souvent plus électoralistes que réalistes. Ils devraient d'ailleurs s'abstenir de participer aux manifestations des contestataires pour être libres en cas d'accession au pouvoir. Après l'épisode des carrés rouges, le PQ devrait pourtant savoir. Et les autres partis en prendre bonne note.

Le plus grand reproche qu'on peut formuler à l'équipe Couillard, ce n'est pas de regarder dans toutes les directions pour sabrer, mais plutôt de laisser planer les craintes et de prendre certaines décisions avant même le dépôt des rapports demandés. D'où un mauvais climat social dont les contestataires prennent avantage. Une situation qui serait la même sous tout autre gouvernement parce qu'il importe et presse de redresser les finances publiques. Si ce n'est pas le PLQ qui le fait durant son mandat, c'est le PQ ou la CAQ qui devra le faire en en supposant l'accession au pouvoir. Et ce ne sera pas plus drôle.

Le problème du Québec, c'est qu'il est trop endetté, en déficit et qu'il verse chaque année plus de 11 milliards$ en intérêts sur sa dette. Malgré tout, les syndicats et autres revendicateurs ne cessent de demander en rémunération, fonds et services sans s'inquiéter de la facture et sans formuler de solutions réalistes. Comme si on pouvait encore en mettre sur la carte de crédit ou envoyer la facture aux autres. Or c'est ça qu'on fait depuis des années et c'est pour ça que le Québec est aujourd'hui coincé. Le pire, c'est que trop de gens ne veulent pas le reconnaître et que, ne leur en déplaise, ce ne sont pas les autres qui vont payer. 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer