Le fléau des textos et du cellulaire au volant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Valère Audy
La Voix de l'Est

Les constats d'infraction pour distraction, dont les textos et les conversations au cellulaire au volant, sont en constante augmentation. Les corps policiers de Granby et la région signalent que ces pratiques sont responsables d'environ 50% des accidents avec dommages corporels. Autant affirmer que les messages lancés ne passent pas, que c'est devenu un véritable fléau qui est en voie de devenir pire que celui de l'alcool au volant.

A l'échelle du Québec, on est passé de 11 485 constats d'infraction en 2008 à 63 945 en 2012. L'augmentation est constante, sans relâche aucune. Et les plus fautifs ne sont pas les jeunes, bien qu'on leur en mette beaucoup sur le dos, mais les adultes de 24 à 44 ans, qui ont davantage gaffé avec 31 873 constats en 2012 que les moins de 24 ans et les 45 ans et plus réunis avec 8801 constats pour les premiers et 19 486 pour les autres.

Surprenant, n'est-ce pas, de voir que des gens supposément matures continuent leurs pratiques dangereuses alors que surviennent de coûteux accidents qui font du reste les manchettes de l'actualité, que les statistiques parlent d'elles-mêmes, que les pénalités (amendes et points d'inaptitude) menacent les contrevenants, que les campagnes publicitaires et les opérations policières se multiplient.

C'en est même inquiétant. D'autant plus que les policiers avouent que nombre d'utilisateurs jouent au chat et à la souris, cachant leurs appareils en voyant venir la police. Bref, l'usage est répandu, autant dire devenu un mode de vie, et les statistiques ne tiennent compte que de ceux qui se font prendre. S'il y en a qui ont maintenant abandonné cette pratique, il y en encore pas mal qui continuent de texter ou parler au cellulaire alors qu'ils sont au volant. Certains l'avouent, d'autres pas.

Il suffit d'ailleurs de jeter un regard attentif, sans pour autant chercher la niche idéale, pour détecter des fautifs. Le balcon de deuxième étage d'une rue passante ou, pire encore, une intersection achalandée permet d'étonnantes observations. Si certains se collent au trottoir et s'arrêtent pour parler au cellulaire ou texter, d'autres le font en roulant, le cellulaire caché au fond de la main ou les yeux aussi souvent rivés sur la tablette posée sur leurs genoux que sur la rue ou la route qu'ils suivent.

Bien sûr que tous ces gadgets de l'ère moderne sont fort utiles pour se guider, gérer son temps, ses affaires et rendez-vous et qu'on en vient à ne plus pouvoir s'en passer. Ce qui est aussi vrai pour les jeunes qui ont le même regrettable comportement à vélo avec, pour conséquences, que plusieurs d'entre eux ne regardent plus où ils vont, ne font pas les arrêts obligatoires et oublient que la signalisation, c'est aussi pour les cyclistes.

Tous ces mauvais comportements sont susceptibles de donner lieu à des accidents, les uns plus graves que les autres. Chaque fois qu'un automobiliste ou un cycliste se laisse absorber l'esprit et/ou la vue par un cellulaire ou un appareil à envoyer ou recevoir des messages alors qu'il est au volant, il est distrait et peut ainsi causer un accident ou en être victime parce qu'il n'est pas en mesure d'éviter les fausses manoeuvres des autres.

Si expérimenté et prudent soit-il, tout conducteur est sujet à la distraction et vulnérable à celle des autres. Des distractions qui sont coûteuses en vies humaines, soins de santé et dommages matériels. Ce n'est pas pour rien que les autorités légifèrent, qu'il y a des amendes et points d'inaptitude, qu'il est justement question de les rendre encore plus sévères en plus de multiplier les opérations de surveillance. De même qu'on veut également, en ajoutant des radars photo, accentuer la lutte contre la vitesse au volant. Puisque les messages ne semblent pas passer, il faut bien alors accroître et durcir les moyens pour dissuader et changer les comportements. Les fautifs n'auront qu'à se blâmer s'ils écopent plus sévèrement que jamais.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer