Accorder plus de ressources si la juge en demande

Partager

Valère Audy
La Voix de l'Est

(Granby) Le gouvernement Marois devrait accorder à la commission Charbonneau toute la latitude nécessaire avec les ressources additionnelles requises pour poursuivre le mandat qui lui a été confié. Ce qui veut dire plus de personnel, plus de fonds et plus de temps. S'il ne veut pas le faire tout de suite, qu'il dise à tout le moins qu'il est disposé à considérer toute demande à cette fin advenant que la juge Charbonneau en ressente le besoin.

Si cette commission d'enquête a déjà dépensé 60% du budget prévu (14,6 millions$), on a la nette impression, à partir de ce qu'elle nous a jusqu'à maintenant appris, qu'il reste encore plus à fouiller et découvrir. Car si on a parlé de Montréal, un peu de la couronne nord et de l'influence de la mafia, il reste beaucoup à apprendre sur Laval et d'autres villes, les pratiques des firmes de génie-conseil, le ministère des Transports, les grands chantiers de construction, les centrales syndicales impliquées dans la construction et le financement des partis politiques.

Dans son bilan, le responsable de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) disait que 2013 s'annonce plus fertile que 2012 en rebondissements. Parce que cette machine, alimentée par l'escouade Marteau et d'autres rapports, a atteint son rythme de croisière, d'où des perquisitions et des arrestations, et qu'il y a, sinon arrimage, à tout le moins non-interférence entre l'UPAC et la commission Charbonneau. Et, bien sûr aussi, parce que bien des gens et organismes, méfiants au départ, n'hésitent plus à leur soumettre des informations pertinentes et les dossiers qui leur paraissent nébuleux.

Les travaux de la commission Charbonneau et de l'UPAC prennent ainsi une dimension au départ soupçonnée. La corruption et la collusion, comme l'eau et la rouille, trouvent toutes les fissures où s'engouffrer et les faiblesses à ronger. Cela, non seulement dans les contrats et sur les chantiers, mais aussi chez les êtres humains qui y sont associés. La commission d'enquête en fait une éclatante démonstration. Et dire qu'il reste beaucoup à fouiller! Peut-être qu'on ne scrutera pas tout et partout parce que viendra un moment où on en saura assez pour bien cerner le mal à traiter et proposer les correctifs appropriés.

Quels que soient les recommandations, et pourvu que les autorités n'hésitent pas à les appliquer, il faudra rester vigilant puisque la collusion et la corruption ont toutes les caractéristiques d'un cancer impossible à éradiquer à tout jamais. Ça ressurgit toujours quelque part au moindre relâchement dans les systèmes public et politique comme là où il y a faiblesse dans le corps ou l'esprit humain. Aussi devrait-on, tel que déjà affirmé dans cette page, assurer la permanence de la lutte à la corruption au moyen d'un organisme ayant constamment et partout droit de regard.

Mais pour l'instant et en fonction des objectifs poursuivis, ce qui importe par-dessus tout, c'est que la juge Charbonneau dispose de toutes les ressources et de tout le temps requis pour mener ses travaux à terme. À cette fin, elle doit scruter toutes les sphères d'activité qu'elle juge pertinentes en même temps qu'éclairer les citoyens qui ont le droit de savoir qui abuse et dans quelle mesure de leurs impôts et taxes de façon à taper sur les doigts des fautifs et à appliquer les correctifs qui s'imposent. Bien que les recherches soient déjà bien amorcées et menées, reste qu'on découvre plus et plus gros que ce qu'on imaginait au départ et qu'on ne saurait les arrêter avant d'avoir un tableau complet du mal pour concevoir et appliquer les remèdes appropriés. De la même façon qu'un médecin doit d'abord disposer d'un bon verdict pour prescrire un remède efficace.

Dans cette optique, on ferait erreur à trop s'attarder aux coûts de la commission Charbonneau, si élevés puissent-ils s'annoncer. Car il serait bien plus onéreux de fermer les yeux sur la corruption et ses conséquences. Alors, si Mme Charbonneau en fait la demande, il n'y a qu'une réponse à lui donner: OUI!

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer