Profiter de notre pétrole au lieu d'enrichir les autres

Partager

Valère Audy
La Voix de l'Est

Pourquoi le Québec n'exploiterait-il pas à son propre bénéfice le pétrole dont regorge le sous-sol du golf du Saint-Laurent au lieu d'en importer à gros prix de l'Ouest canadien ainsi que du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et d'ailleurs aussi? Non seulement pour satisfaire ses besoins en carburant, mais aussi pour approvisionner une industrie pétrochimique qui, mieux alimentée et à meilleur compte, pourrait sans doute revigorer l'économie montréalaise et québécoise. Et, du coup, assurer au gouvernement québécois, via les redevances et taxes, les revenus dont il a tant besoin pour maintenir les services offerts aux citoyens et réduire sa dette de même que les impôts de ses contribuables.

Cette question on ne peut, en toute logique, faire autrement que se la poser en voyant les résultats d'un sondage CROP où les Québécois se disent à 70% favorables à l'idée d'inverser le flot de l'oléoduc d'Enbridge pour transporter du pétrole de l'Alberta vers le Québec. Commandé par la Fédération des Chambres de commerce, ce sondage mené au début de décembre sur internet n'a rejoint que 1000 personnes. C'est peu, mais ça donne quand même une idée non négligeable. D'autant plus que les opposants, qui parlent très fort, ont de leur côté tendance à généraliser en fermant les yeux sur certains faits pour mettre leurs propres arguments en valeur.

Contestataires ou non, les Québécois oublient souvent qu'ils enrichissent les étrangers en achetant leur pétrole alors qu'ils en possèdent dans leur propre sous-sol et que leur État est ainsi privé d'un trésor en redevances. Ils oublient aussi, particulièrement quand ils soulèvent les risques de pollution, que ces dangers existent déjà avec les pétroliers qui viennent de l'étranger livrer chez nous en empruntant le Saint-Laurent et les oléoducs qui traversent le Québec dans quelque direction que ce soit. Ils oublient aussi que le Québec, en tirant profit de ses propres ressources, pourrait alors encadrer les activités d'extraction. Surtout s'il n'abuse pas de ses pouvoirs et si les règles sont claires.

Bien sûr, plusieurs ont-ils toujours en tête l'accident de l'Exxon Valdez au large de l'Alaska, celle de BP dans le Golfe du Mexique et celle de la plate-forme de forage Hibernia au large de Terre-Neuve. Les marées noires en découlant ont fait d'importants dégâts. Et de ça, personne n'en veut dans le golfe du Saint-Laurent étant donné que ce n'est pas en pleine mer et, surtout, qu'il y a là un riche, mais fragile écosystème à protéger. D'autant plus que le golfe, de plus en plus fréquenté et pollué par les riverains à certains endroits, met ainsi en péril la santé et la vie de plusieurs des espèces qui y vivent. Aussi, craint-on d'accroître les risques existants.

Mais il faut ici savoir que l'industrie pétrolière prend parfois elle-même de grands risques. Ainsi, dans le Golf du Mexique, il n'y avait pas de puits de secours pour intervenir avec efficacité en cas d'accident. D'où la catastrophe survenue. Et, au même moment, dans le Grand Nord, une pétrolière voulait être exemptée de l'obligation du puits de secours. Tout ça pour économiser. Mais juste de gros sous et à court terme... puisqu'il a fallu payer gros en frais de toutes sortes et en pertes écologiques. Autrement dit, c'est à cause de la bêtise humaine que ces accidents sont survenus. Ce qui signifie qu'avec un meilleur contrôle, ces accidents ne seraient pas arrivés.

Conséquemment, si le Québec sait bien encadrer et contrôler les activités des pétrolières intéressées à extraire le pétrole du sous-sol du golfe du Saint-Laurent, quitte à être lui-même à cette fin partenaire d'affaires, il pourra alors minimiser les risques et profiter de ses propres richesses au lieu de les laisser dormir, de s'endetter et d'enrichir les autres. Si le Québec hésite ou recule devant tout ce qui peut sembler dangereux, il s'appauvrira en regardant les autres s'enrichir en l'exploitant. Il doit plutôt cesser d'avoir peur et aller de l'avant en le faisant toutefois avec audace et mesure.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer