Aller-retour à Toronto

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Gaboriault
La Voix de l'Est

(Granby) Jamais je n'étais allée à Toronto. Dans mon temps, la visite de la plus grande ville canadienne ne figurait pas sur la liste des voyages de fin d'année au premier cycle du primaire.

La seule ville ontarienne que j'ai « vue », c'est Barrie. Un été, ma famille et moi sommes allés visiter un oncle et une tante installés là-bas. Je devais avoir dix ans. 

Je me souviens vaguement de notre séjour, mais je revois clairement ma petite soeur verdir à cause du mal des transports et je me rappelle mon envie-de pipi-gargantuesque-à rendre-fou, alors qu'on roulait en plein milieu d'une autoroute à cinq voies. Mon père m'avait suggéré de me soulager... dans un sac d'épicerie. Là, dans l'auto ! (C'était l'époque où les sacs réutilisables n'existaient pas). Le genre d'anecdote qu'on n'oublie jamais. (En passant, j'avais refusé sa généreuse offre.)

Ça aura pris 30 ans et une ado danseuse de hip hop pour me faire parcourir de nouveau des centaines de kilomètres vers l'ouest. Ma vessie traumatisée liée à notre horreur, à mon chum et moi, des longues distances en voiture, nous ont toutefois convaincus de faire le voyage... en train.

Un pur délice !

On a ainsi évité le trafic, le stress et la fatigue liés à la conduite, les fourmis dans les jambes, les demandes récurrentes pour changer le poste de la radio et le tirage de cheveux fraternel sur la banquette arrière.

Dans le train, on a joué à des jeux, écouté de la musique, lu, mangé, dormi, jasé et regardé filer le paysage. À un moment donné, notre grande étudiait pendant que notre petite faisait des hamburgers dans de la pâte à modeler : c'était merveilleux! Emmitouflée dans tout ce que nous avions de manteaux, je me laissais bercer par le rythme de la voie ferrée pendant qu'à côté, mon chum dormait. La Sorcière au chariot aurait choisi cet instant pour venir me proposer des chocogrenouilles et des dragées surprises de Bertie Crochue que j'aurais été comblée. 

Ma première expérience sur les rails, je l'ai donc trouvée très zen. On avait de l'espace et, bien sûr, beaucoup plus de liberté qu'en avion ou en voiture. Et les toilettes sont aussi proches que propres. Ce qui est loin d'être négligeable pour une pisse-minute comme moi.

Et Toronto ?

Après la compétition de danse, raison principale de notre saucette là-bas, le dimanche, nous avons eu un gros quatre heures pour « découvrir » la ville. 

Comme nous étions trois filles contre un gars, on a vite fait d'éliminer la visite du Temple de la renommée du hockey de notre itinéraire. Nous avons plutôt pris la direction de l'Aquarium Ripley, située au pied de la Tour du CN. Le plus gros au Canada avec ses 12 500 mètres carrés de galeries et de bassins, ses 5,7 millions de litres d'eau, ses quelque 16 000 animaux marins et ses 450 espèces. 

L'endroit vaut vraiment le détour. C'est là qu'on retrouve la plus grande collection de requins blancs et marteaux. Des spécimens impressionnants qui nagent au-dessus de nos têtes pendant qu'on circule tranquillement sur un tapis roulant dans un tunnel qui fait

96 mètres de long. Là-bas, on a vu des homards bleus, des anémones de toutes les couleurs et des méduses hallucinantes. À lui seul, le ballet des méduses avec son petit je-ne-sais-quoi de psychédélique vaut le prix du billet d'entrée. 

Si on est passés au coin des rues King et Younge, là où il y a une explosion lundi ? Oui. 

Après les poissons, on a pris une marche qui nous a menés dans le quartier financier. Mais il pleuvait et ventait à la verticale, alors on ne s'est pas attardés. 

Et on avait un train à prendre, alors...

Pour revenir à ce moyen de locomotion, j'ai lu sur le site de VIA Rail que le Programme artistes à bord offrait aux musiciens professionnels de voyager gratuitement, ou à un tarif réduit, en échange de prestations à bord des trains Montréal-Halifax et Toronto-Vancouver.

C'est décidé. J'ai tellement aimé mon expérience, qu'en vue de mon prochain voyage, je me remets à la flûte à bec.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer