• La Voix de l'Est > 
  • Opinions 
  • > 100 jours de préjudice au gouvernement du Québec et aux Québécoises et aux Québécois 

100 jours de préjudice au gouvernement du Québec et aux Québécoises et aux Québécois

Me Claudia P. Prémont, bâtonnière du Québec.... (archives La Presse)

Agrandir

Me Claudia P. Prémont, bâtonnière du Québec.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Voilà maintenant 100 jours que le conflit de travail perdure entre le gouvernement du Québec et les avocats et les notaires de l'État.

Cette situation déplorable entrave le fonctionnement de plusieurs activités du gouvernement du Québec. À titre de bâtonnière du Québec, j'interpelle le premier ministre, monsieur Philippe Couillard, le président du Conseil du trésor, monsieur Pierre Moreau, et la ministre de la Justice, madame Stéphanie Vallée, afin de soulever les nombreuses préoccupations des membres du Barreau du Québec. Nous sommes rendus à une étape cruciale où le gouvernement doit consacrer davantage d'efforts pour faciliter le retour au travail des avocats et des notaires dans les meilleurs délais.

Depuis le début du conflit, j'ai pris position publiquement au nom du Barreau du Québec, en insistant sur la nécessité que le gouvernement du Québec et l'Association des avocats et notaires de l'État québécois (LANEQ) poursuivent les négociations pour en arriver à une solution acceptable pour tous. Notre mission première est la protection du public et nous constatons que la situation crée un préjudice certain et incommensurable au public, en plus de nuire à l'accès à la justice et à la primauté du droit. Plusieurs services destinés à la population sont diminués parce que près de 500 000 heures de services juridiques n'ont pas été fournies à l'État. Je fais appel à nos décideurs afin qu'une intervention immédiate soit faite pour régler cette situation préjudiciable à tous les Québécoises et les Québécois, dont plusieurs justiciables qui ne peuvent obtenir justice dans les délais raisonnables.

Dans l'accomplissement de la mission de l'État québécois, cette grève crée des retards majeurs dans les rôles des différents tribunaux et dans l'adoption de projets de loi ayant une incidence directe dans la vie des citoyens. Les conséquences vont à l'encontre des intérêts du gouvernement et du peuple québécois.

En espérant que nous pourrons constater une avancée tangible des négociations et dans un horizon rapproché, un règlement du conflit redonnant à nos institutions les ressources précieuses que sont les avocats et les notaires de l'État. Dans les limites des responsabilités qui incombent à l'organisation, le Barreau du Québec offre sa collaboration.

Claudia P. Prémont, Ad.

La bâtonnière du Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer