Du nouveau au coeur de Granby

Grâce à une entente avec la Ville, le... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Grâce à une entente avec la Ville, le Cégep profitera des espaces de l'église Notre-Dame pour y établir cet institut de génie mécanique.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

L'idée de démarrer à Granby une option de génie mécanique répondant aux besoins de la population n'est pas nouvelle. En effet, sur la liste de projets d'options professionnelles du cégep naissant figuraient les « techniques d'industrie mécanique », comme on peut le lire dans notre journal hebdomadaire Collégial, du 16 décembre 1968.

Malheureusement, lors de notre sondage dans les écoles secondaires de notre région, seuls cinq étudiants du secondaire (sur environ 500) se sont alors dits intéressés à cette option. Il fallut donc, à regret, retarder la réalisation de ce projet. Une éducation était à faire. Je pense que l'idée d'un tel enseignement chez nous est toujours demeurée latente dans les préoccupations des directeurs de notre Cégep. Enfin, grâce aux démarches incessantes des directeurs généraux Sylvain Lambert et de Yvan O'Connor, l'option de génie mécanique démarrera en septembre prochain. Leur ténacité aura produit ce résultat majeur pour la population de Granby et de la région. Il aura donc fallu presque quarante ans pour réaliser ce rêve. 

Grâce à une entente avec la Ville, le Cégep profitera des espaces de l'église Notre-Dame pour y établir cet institut de génie mécanique. Un des avantages de cette réalisation sera de regrouper l'enseignement collégial au centre-ville et de donner au cégep une ouverture sur la rue Principale. Le « carrefour du savoir » dont rêvait le maire Pascal Bonin deviendra une réalité.  

Les nombreux défenseurs de l'église Notre-Dame se réjouiront du projet actuel. L'église recevra une cure de rajeunissement et son intérieur demeurera au service des citoyens (spectacles, concerts, réunions diverses). La sacristie, la scène et la nef conserveront leurs joyaux patrimoniaux : ses boiseries, ses vitraux et son orgue (qu'il faudrait accepter de restaurer ; la somme requise, à cet effet, est minime). Bien sûr qu'on devra éliminer les bancs pour en faire une salle multifonctionnelle, ce qui la rendra beaucoup plus disponible. 

Je pense que Granby a su profiter habilement de la fermeture de quelques églises en créant de nouveaux services aux concitoyens. L'église de l'Assomption est devenue un centre sportif et a accueilli l'Harmonie de Granby. Et quel merveilleux centre social que le presbytère et l'église Saint-Benoît ! N'oublions pas que ce sont les citoyens de Granby d'hier qui ont bâti ces églises et les ont entretenues. Nous sommes leurs héritiers. Ces églises nous appartiennent.

Émile Roberge

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer