Les CHSLD font encore les manchettes...

Le vieillissement n'est pas une maladie, mais tout... (archives La Presse)

Agrandir

Le vieillissement n'est pas une maladie, mais tout simplement la dernière étape d'une vie. Une étape qui requiert des soins, des attentions et surtout des attitudes particuliers.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Les CHSLD, qui devaient être des milieux de vie favorisant un épanouissement d'une vie bien remplie, se retrouvent une autre fois dans l'actualité tout comme les pissenlits envahissent les parterres au printemps.

Les familles et le ministre déchirent leurs chemises: mauvais traitements, hygiène minimale. Ces milieux de vie ne seraient que des mouroirs pour les «p'tits vieux» de moins en moins utiles dans notre société actuelle.

Tout compte fait, les CHSLD ne seraient que l'antichambre des cimetières. Les CHSLD d'aujourd'hui ont pris la relève des hospices d'hier. Est-ce mieux? Est-ce pire?

Tant et aussi longtemps que nous considérerons les CHSLD comme des entrepôts de «p'tits vieux»; tant et aussi longtemps que les grands bonzes du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec auront une approche comptable du vieillissement; tant et aussi longtemps que certains spécialistes mêleront heures de soins et heures de vie, les CHSLD feront les manchettes de l'actualité.

Tant et aussi longtemps que les hôpitaux auront la responsabilité de gérer les CHSLD, ils voudront guérir le vieillissement. Ils n'ont pas encore compris que le vieillissement n'est pas une maladie, mais tout simplement la dernière étape d'une vie. Une étape qui requiert des soins, des attentions et surtout des attitudes particuliers.

Les CHSLD accueillent et accompagnent des personnes, et non des machines. La mission des CHSLD est de créer des milieux de vie. C'est la responsabilité d'un conseil d'administration, d'une direction et du personnel. Un hôpital a la mission de guérir, un CHSLD a la mission d'accompagner: deux missions complètement différentes. Il est malheureux qu'en 2016, le ministre responsable de ce dossier ne le comprenne pas ou est incapable de le comprendre.

Depuis presque toujours, le réseau des CHSLD est celui qui a subi les coupes budgétaires les plus importantes: faire plus avec moins, telle est la devise de notre tonitruant ministre. Faire plus avec moins telle est la réalité quotidienne du personnel. Alors, aucune surprise dans l'actualité du jour. Combien de bains par semaine? Combien de couches par semaine?

Le gouvernement actuel est confronté aux chiens dangereux; la réalité des CHSLD est encore plus dangereuse. L'actualité nous le démontre encore une fois de trop.

Tant et aussi longtemps que nous nous obstinerons à vouloir guérir le vieillissement, nous nous dirigerons vers ce que Claude Castonguay dénonçait dans sa commission d'enquête au siècle dernier. René Lévesque, Denis Lazure, Pierre-Marc Johnson, Jean Rochon, Marc-Yvan Côté et Michel Clair disaient la même chose, en d'autres mots, dans leur temps. Les «p'tits vieux, c'est pas glamour». Sauf durant une campagne électorale, alors que tous les votes sont importants, nonobstant la perte d'autonomie. En attendant une prochaine crise dans quelques mois.

Bernard Fournelle

Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer