Un scandale à l'horizon à Bromont?

Que se passe-t-il à la Ville de Bromont?... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Que se passe-t-il à la Ville de Bromont? Où vous dirigez-vous ou plutôt, qui vous dirige?

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

À Mme la Mairesse Pauline Quinlan, au conseil municipal, au personnel de la Ville de Bromont.

Que se passe-t-il à la Ville? Où vous dirigez-vous ou plutôt, qui vous dirige?

À la dernière séance du conseil, le directeur général de la Ville de Bromont, M. Jean Langevin, a finalement confirmé publiquement que la Société d'Agriculture du Comté de Shefford (SACS) présidée par M. Marcel Bundock, n'a jamais présenté d'états financiers vérifiés en 10 ans. Pourtant, il s'agit d'une exigence claire de l'Entente de gestion du terrain du site olympique. Des centaines de milliers de dollars de subventions ont ainsi été remis automatiquement à la SACS année après année, sans reddition de comptes, sans information aux citoyens ou aux élus.

En plus, la SACS n'a pas versé à la date prévue, soit le premier mars, les 20 000 $ qu'elle devait à la Ville de Bromont selon un ajout à l'entente de 2015.

Tant le président de la SACS que le directeur général banalisent cette situation. «Il n'y a rien d'anormal là-dedans, soutient M. Bundock.», tel qu'on a pu lire dans La Voix de l'Est. Pour sa part, la Ville n'a pas réclamé le paiement de cette dette ni donné suite à ce manquement dans des délais normaux. Pourquoi tant de laisser aller de la part de la Ville dans les dossiers ayant rapport à la SACS? De l'extérieur, il semble que c'est plutôt M. Bundock qui dicte arbitrairement ses propres conditions, comme si l'entente de gestion n'existait pas.

Pourtant, au conseil municipal, on épluche et on explique des demandes de quelques centaines de dollars pour des projets honnêtes et modestes présentés par des citoyens. N'y a-t-il pas lieu de douter du professionnalisme et de la rigueur du système municipal de la Ville de Bromont à l'endroit de la SACS ou de leur représentant? Y a-t-il équité pour tous à Bromont ou plutôt un parti pris en faveur de la SACS? Est-ce bien cela la démocratie et la transparence en sachant que depuis plus d'un an des citoyens inquiets posent et reposent inlassablement des questions simples et précises aux séances du conseil municipal concernant la SACS. Les réponses se font toujours attendre.

Cette situation est alarmante. Mais, elle l'est davantage si l'on considère que la Ville fait encore confiance à la SACS et lui a même confié en grande partie la réalisation des Jeux équestres mondiaux (JEM) - projet de 90 M$ - et la construction d'un manège équestre (plus de 15 M$). Heureusement, le Comité des Jeux équestres mondiaux a été clairvoyant et se dissocie de la SACS.

À quoi servent donc ces documents légaux notariés (bail emphytéotique, entente de gestion, etc.), rédigés à grands frais pour la Ville par des avocats externes pour protéger la Ville des lacunes et du manque de respect de la SACS? Il y a lieu de se demander si la Ville de Bromont a peur de la SACS. Y a-t-il des cas similaires dans d'autres dossiers avec d'autres intervenants?

 

François Bachand et Pierre Lizotte

Pour le Collectif de Bromontoi(se)s inquiets

Bromont

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer