Les citoyens floués

Le juge Vaillancourt, dans son jugement innocentant le... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Le juge Vaillancourt, dans son jugement innocentant le sénateur Duffy, affirme qu'il n'a pas vu d'écart à sa conduite moins qu'honorable... par rapport, dit-il, à la conduite des autres sénateurs.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les règles du Sénat sont volontairement maintenues floues depuis toutes ces années?

Je soumets respectueusement aux très honorables membres de la Chambre haute, et humblement à mes simples concitoyens, que c'est pour faire en sorte que l'abus fasse partie des règles. La conséquence: règles floues, citoyens floués.

Résultats: sénateurs 31; services aux citoyens 0

Il nous faut aujourd'hui un changement profond à cette institution pour qu'enfin l'intérêt des citoyens soit mis au coeur de son travail et de ses pratiques.

Le juge Vaillancourt, dans son jugement innocentant le sénateur Duffy, affirme qu'il n'a pas vu d'écart à sa conduite moins qu'honorable... par rapport, dit-il, à la conduite des autres sénateurs. L'espiègle sénateur Duffy n'a fait que manifester un enthousiasme abusif face aux dépenses non interdites. En résumé, le juge déclare que le gaspillage institutionnalisé, reconnu dans les règles du Sénat et approuvé (ou négligemment toléré) par ses gestionnaires, n'est pas un crime. Pourquoi? Pour la simple et bonne raison qu'il est institutionnalisé.

Bon nombre de sénateurs sont honorablement honnêtes, seulement 30 ont utilisé le flou de façon aussi artistique. Il n'en demeure pas moins que les règles permettent toujours d'ambitionner sur les simples citoyens.

Mais on n'arrête pas le progrès. Une règle a récemment été écrite pour éclairer le jugement des sénateurs qui auraient la géographie fragile. À la question «Où se trouve votre résidence principale?», il ne sera plus possible de confondre l'Île-du-Prince-Édouard et Ottawa.

Hélas! On n'est pas sorti de l'honorable bois sénatorial pour autant: la vice-présidente du comité des règles et des dépenses des sénateurs, la sénatrice libérale Jane Cordy, note qu'«il faut permettre une flexibilité des règles de déplacements. Les sénateurs doivent aller à la rencontre des citoyens à divers endroits, dans diverses circonstances». Donc, on peut comprendre que, peu importe où un sénateur choisit d'aller en vacances au Canada, il peut commodément trouver un citoyen canadien pas trop loin pour aller à sa rencontre. La dépense est donc facilement justifiée.

De plus, la sénatrice, dont l'honneur est visiblement confus, nous invite à ne pas nous en faire pour autant. Elle ajoute l'insulte à l'injure en nous expliquant, que le bon peuple se rassure, que «cette souplesse n'empêche pas les sénateurs de faire preuve de bon sens. Il y a plusieurs choses qui ne sont pas dans les règles, mais vous ne les faites pas - même si vous en avez pleinement le droit, faut-il comprendre -, car vous savez qu'elles ne sont pas acceptables».

 

Pierre Paul Gingras

Granby 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer