Oeuvre collective

Rues en folie, à l'école primaire de Roxton... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Rues en folie, à l'école primaire de Roxton Falls.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

L'école de ma fille organise chaque année une collecte de sang pour Héma-Québec. Une belle initiative de Mme Annie, enseignante de 5e année. Elle met à contribution les élèves de sa classe. Ils s'occupent d'annoncer l'événement, d'accueillir les donateurs, de leur expliquer le déroulement de l'activité et de leur servir de délicieux biscuits et jus une fois le don effectué.

Tous les ans, Mme Annie amène aussi ses élèves rendre visite à des personnes âgées dans un centre hospitalier de soins de longue durée à quelques rues de l'école. Ils sont allés deux fois cet automne. Ils leur lisent des livres, parlent avec eux, écoutent attentivement leurs histoires. Les sourires sont nombreux, le bonheur illuminant tous les visages.

Ce sont deux expériences uniques pour ces jeunes. Ils apprennent l'importance de contribuer à la société par le bénévolat, d'ouvrir leurs horizons, leur esprit, d'aller à la rencontre des gens.

Tous les jours au Québec, des milliers d'enseignants comme Mme Annie ont la délicate mission de préparer nos enfants à affronter les aléas de la vie, à se donner pleinement, à se découvrir intellectuellement, à prendre la bonne route pour devenir de bons citoyens. On ne peut les remercier suffisamment de leur travail remarquable et de tout leur dévouement dans cette grande oeuvre collective.

Difficile de ne pas les appuyer dans leur bras de fer avec le gouvernement. Parce qu'ils ont de bonnes raisons de monter au front. Toutes les compressions annoncées par Québec et mises en branle via les commissions scolaires leur font craindre le pire. Pas pour leurs poches. Pour les effets sur la qualité des services aux élèves. Et ce n'est pas une stratégie syndicale que d'agiter ce drapeau rouge foncé; réduire l'argent consacré à notre système scolaire risque de nuire à la réussite de nos enfants. En cela, toute la société en subit les contrecoups.

Que dirait-on d'une entreprise manufacturière qui réduirait considérablement ses investissements dans la recherche et le développement de ses produits et services? On dirait qu'elle se dirige vers le précipice.

Quand on sabre dans l'éducation, on mine les fondations de notre société. Les contrecoups sont inévitables.

L'école, c'est une usine de transmission de connaissances, un laboratoire pour découvrir des habiletés, un atelier pour développer les talents, une scène pour peaufiner le tout. Les enseignants sont les gérants, scientifiques, artisans et les metteurs en scène de nos enfants. Ce sont des rôles qu'ils assument avec passion.

De l'État, on s'attend à ce qu'il mette tout en oeuvre financièrement pour que nos écoles primaires et secondaires aient les outils pour accompagner nos jeunes vers la réussite. On l'a déjà écrit. On le réitère: ça veut dire donner aux écoles toutes les ressources humaines nécessaires (psychoéducatrices, orthopédagogues, travailleuses sociales, etc.) pour qu'aucun jeune ne soit laissé de côté. Ça veut aussi dire de donner un environnement propice aux enseignants pour bien faire leur travail. Augmenter le nombre d'élèves par classe, comme le propose le ministre de l'Éducation François Blais, est une idée ridicule.

L'appareil public québécois vit dans l'austérité. Finances publiques serrées obligent, nous dit-on. Ça se traduit par des compressions tous azimuts dans nos services et programmes. Tout y passe: santé, affaires sociales, aide aux entreprises (sauf Bombardier) et bien sûr l'éducation, deuxième poste de dépenses du gouvernement après la santé.

On ne peut exiger des efforts équivalents de tous les ministères. Les répercussions ne sont pas les mêmes. L'éducation est le meilleur exemple. Sabrer dans les écoles en passant par les commissions scolaires, c'est se condamner à débourser plus d'argent plus tard pour lutter contre le décrochage scolaire, pour aider de jeunes adultes à intégrer le marché du travail, en aide sociale et en santé.

Des études font le lien entre la scolarité et le niveau de vie des citoyens. Elles en font aussi avec l'état de santé des gens. Plus on est scolarisé, mieux on gagne notre vie, meilleure est notre santé. L'État trouve son compte dans cette équation: meilleurs sont les salaires, plus élevés seront les revenus provenant des impôts. Ceux-ci financent les programmes sociaux et tous les services gouvernementaux.

On repose la question: a-t-on le luxe de sabrer dans notre système d'éducation?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer