Montréal, le cancer du Québec

Cette ville gruge la majeure partie du budget de la province et sa gangrène se... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Cette ville gruge la majeure partie du budget de la province et sa gangrène se généralise de jour en jour. Non seulement on doit payer SES ponts, SES infra et superstructures, régler SES problèmes de circulation, respirer SA pollution, subir SA corruption, cette fois-ci on veut nous faire avaler SA MERDE. Rien de moins!

On va sur la lune à volonté depuis plus de 55 ans, bientôt on visitera Mars et d'autres lointains ailleurs et on ne peut même pas protéger l'écosystème de notre planète. Dans l'incapacité de gérer adéquatement ses propres déchets, la métropole, fidèle à ses habitudes, lance un vibrant appel au secours. Cette fois-ci, elle veut vomir dans le fleuve. NO WAY. Ne vous en déplaise, le St-Laurent n'est pas un égout à ciel ouvert et ne doit pas subir le sort du Gange.

Trop tard pour trouver une meilleure solution? La belle excuse! Selon les supposées études scientifiques, il n'y aurait rien là de bien dramatique? Y croyez-vous? Considérant qu'on nous dit ce qu'on veut bien nous faire entendre, permettez-moi d'en douter.

Voici une question - piège aux élus montréalais: «Que faisaient donc vos grands cerveaux pendant que vous liquéfiiez toute cette dégueulasserie?»

Il ne vous est jamais venu à l'esprit, grâce à un éclair de lucidité, qu'un jour il faudrait en disposer? Ah! Fallait y penser avant. Vous m'en direz tant!

Eh bien, maintenant cherchez et trouvez. Après tout n'est-il pas dit que la nécessité est la mère de l'invention. Il existe certainement des produits chimiques écologiques qui peuvent purifier vos réservoirs. On utilise déjà une technique non polluante d'hydrolyse pour la décomposition bio des corps. (Aquamation). Il y en a sûrement une tout aussi efface pour régénérer et recycler l'eau. Faites travailler vos méninges, la solution est peut-être plus simple que vous ne le croyiez.

Il n'est pas du tout certain que cette fois-ci la population hors de Montréal soit d'accord pour sacrifier sa santé et son bien-être pour «démarder» votre île.

 

Céline Massé - Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer