Des souverainistes à Ottawa, kossa donne? (à la manière d'Yvon Deschamps)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Me v'là ben pogné! C'est Tom Mailhot qui me garoche cette question-là. Drette dans les dents, comme on dit par chez nous. Tous les gars d'la shop sont tombés comme dans les limbes. Pu un son. Y attendent tous ma réponse.

Ben j'les ai regardés drette dans les yeux un par un, parce que je sais pas toute, mais je sais qu'il y en a une bonne gang de vire capot icitte à la shop comme dans les autres shops, j'imagine.

J'va commencer par vous dire que faire l'indépendance, devenir un pays, c'est des affaires qui prennent ben du temps, faut être patient, faut pas virer d'bord dès qui y'a une tempête. Faut rester ben accroché à son rêve. C'est Gilles Vigneault qui dit quelque chose qui ressemble à ça. Mais lui, il le dit ben mieux que moi.

C'est pas parce qu'un bon Jack, sympathique et beau parleur, est venu nous «enfirouaper» en 2011 qui faut arrêter d'être pour le Bloc. OK ça a fait une ben grosse vague, mais j'me suis pas noyé. J'ai sorti la tête de l'eau pis j'ai observé. Le Québec avait décidé d'acheter des oranges au lieu d'acheter des bleuets du Québec. C'est comme ça!

Pis les gars! Pendant quatre ans, Genest pis sa gang de nouveaux y sont-y occupés de Shefford? Y ont-y défendu les intérêts du Québec? Pantoute.

Ben je vais vous expliquer pourquoi. Y peuvent pas parce qu'y peuvent pas trop déplaire aux Canadiens des neuf autres provinces. Parler en faveur du Québec, c'est pas ben ben populaire dans l'reste du Canada. As-tu remarqué mon Tom? Quand le chef des oranges répond en français à un journaliste québécois, il dit qu'il va défendre les dossiers du Québec. Mais le lendemain, il répond en anglais à un journaliste albertain que les dossiers du Québec seront considérés dans un contexte canadien.

Tant qu'on va être dans l'Canada, moi, j'veux une bonne gang de députés souverainistes à Ottawa pour prendre la parole et dire à tous les Canadiens qui nous sommes et ce que nous pensons des décisions que le Canada envisage de prendre, car celles-ci auront toujours un impact sur notre vie au Québec.

Personne parlait, y avaient tous les oreilles ben drettes. J'pense que Tom Mailhot regrettait de m'avoir posé sa question. J'étais su mon air d'élan, mais la cloche a sonné pis on est retourné travailler.

 

Jean Cadieux - Granby

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer